En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Chef-fe de produit

Chef-fe de produit

On compte sur elle / lui pour...

  • Soutenir et développer l’activité commerciale
  • Proposer la création de nouveaux produits ou de nouvelles gammes
  • Élaborer et mettre en oeuvre les stratégies marketing
  • Rechercher de nouveaux marchés
  • Accompagner et former les forces commerciales
  • Apporter un support technique auprès des clients
  • Réaliser une veille concurrentielle
  • Participer à la construction d’outils marketing d’aide à la vente

Son profil

  • Connaissances des marchés du secteur concerné (agroéquipement, semences, protection des cultures, fertilisation, alimentation animale…)
  • Capacité à déceler les tendances du marché
  • Maîtrise des techniques commerciales et marketing
  • Capacité d’écoute, d’analyse et de synthèse
  • Autonome
  • Sens du travail en équipe
  • Esprit d’initiative
  • Maîtrise de l’anglais

Les formations possibles

Bac + 5 : diplôme d’ingénieur agri ou agro, diplôme d’écoles de commerce/master avec une spécialisation ou une connaissance de l’agriculture, de l’agroalimentaire.

Les perspectives d'évolution

Évoluer vers un poste de responsable marketing, ou de directeur·rice marketing

Où exercer ?

Chez un semencier, chez un constructeur de matériel agricole, dans une industrie de protection des cultures, dans une coopérative agricole ou viticole, dans une entreprise d’alimentation animale, chez un distributeur agricole, dans une industrie agroalimentaire…

Quelle rémunération ?

À partir de 24 K€, la rémunération peut dépasser les 35, voire les 40 K€ pour les profils les plus expérimentés et
les postes à fortes responsabilités.

Témoignages

FMC : Un acteur majeur dans la protection des cultures

FMC est une entreprise américaine en plein essor qui souhaite asseoir de façon significative son expertise sur le  marché français de la protection des cultures. La société compte 26 usines dans le monde, dont un site de production à Uffholtz (68), et 23 centres de R & D, dont un site à Nambsheim (68).

« FMC est une entreprise en forte croissance sur le marché de la protection des cultures. Sa feuille de route pour les années à venir se décline autour de cinq axes stratégiques : une organisation R & D de premier ordre ; l’innovation comme ADN de l’entreprise ; la sécurité avec Think Safe ; l’investissement dans le développement de produits durables ; l’engagement auprès des communautés », précise Émilien Guillot-Vignot, responsable communication chez FMC France. En France, FMC emploie plus de 160 personnes et, parmi eux, trois chefs de produit, un poste central au sein de l’entreprise. Ce sont eux qui décident en partie de la stratégie du produit. Le chef de produit fait l’interface avec tous les services, les équipes terrain, le service technique, le service commercial, le service homologation, mais aussi le service communication et marketing. Le chef de produit est très impliqué sur la stratégie des produits, notamment en amont, sur des projets qui aboutiront dans cinq ou dix ans.

Xavier Plisson, chef de produits chez FMC France : « Le travail en équipe est essentiel »

Xavier Plisson occupe le poste de chef de produit chez FMC France depuis deux ans. Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur agro avec une spécialisation marketing, il multiplie les expériences en tant que chef de marché, puis ingénieur marketing technique, chez Nufarm. Ensuite, il devient coordinateur marketing Europe pour Belchim, avant d’arriver chez Cheminova pour occuper la place de responsable marketing technique. « Après le rachat de  Cheminova par FMC, je suis passé chef de produit », explique Xavier Plisson.

Dans son métier, il ne connaît pas de journée type : « Je passe environ 70 % de mon temps en déplacement en France, avec de nombreuses réunions physiques et téléphoniques, raconte le chef de produits. Il est extrêmement rare que je passe une journée sans avoir de réunions téléphoniques. »

Xavier Plisson se déplace en régions pour aller à la rencontre des clients mais aussi des équipes de terrain. Le reste de son temps, il le passe au bureau pour préparer les dossiers des différents produits mais aussi les lancements de campagnes qui se déroulent deux fois par an.

« Dans ce métier, nous suivons les produits avant et après les lancements. Par exemple, pour les produits qui sont vendus depuis plusieurs années, il faut chaque année renouveler le discours, détaille Xavier Plisson. En revanche, pour les nouveaux produits, il faut tout créer et pour cela, je travaille en étroite collaboration avec le service communication, sur les supports, le  digital, les e-mailings, et autres. »

Pour mener à bien sa mission, le chef de produit met l’accent sur les qualités à posséder : « Il faut être rigoureux et bien organisé, car nous sommes très sollicités sur différents sujets. Par  ailleurs, il faut également être créatif et avoir une bonne capacité d’analyse et de synthèse, afin de bien faire passer les messages aux équipes et aux distributeurs. »

Chez FMC, les trois chefs de produit se répartissent le travail par marché, ou par matière active : « Je m’occupe de  herbicides maïs, colza, des fongicides toutes cultures, et de la carfentrazone, une substance active utilisée sur vigne et sur pomme de terre. » Pour le chef de produit, les avantages de son métier sont nombreux. Il apprécie particulièrement le travail en équipe. « C’est très intéressant d’être au coeur de la stratégie de l’entreprise, explique Xavier Plisson. J’aime bien avoir des informations et travailler en collaboration avec les différents services de l’entreprise : vente, développement, supply, réglementaire, marketing EU, etc. J’apprécie d’être au courant de beaucoup de choses. » Pour nuancer un peu ce tableau, le chef de produit trouve que ce poste génère beaucoup de pression, car il a en grande partie la responsabilité, dans le succès comme dans l’échec, du lancement des produits.