En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

La filière houblon s'organise

La filière houblon s'organise

Ingrédient incontournable de la fabrication de la bière, le houblon est une culture historique en France. La filière se structure, comme nous l’explique Antoine Wuchner, secrétaire général de l’AGPH, l’Association générale des producteurs de houblon de France.

Pouvez-vous nous présenter la filière houblon française ?

Antoine Wuchner : En France, le houblon est cultivé essentiellement dans les zones historiques de production : l’Alsace et le Nord. Mais de nouvelles zones de production se développent peu à peu sur le territoire hexagonal, pour répondre à la demande croissante des microbrasseries qui souhaitent de plus en plus élaborer de la bière 100 % locale, malt et houblon compris. Pour la fabrication de la bière, deux types de houblon sont nécessaires : houblon amérisant et houblon aromatique ; les variétés cultivées en France – une quinzaine – sont de type aromatique à 97 %. Au sein de l’AGPH, nous recensons 465 ha de production en Alsace, exploités par 45 houblonniers, 35 ha dans le Nord, et de l’ordre de 20 ha dans le reste du pays.

Quels sont les débouchés du houblon français ?

A. W. : Ils concernent en priorité la bière, mais aussi, dans une moindre mesure, l’industrie des cosmétiques.  Actuellement, nous commercialisons 30 % du houblon sur le marché français, et 70 % à l’export. À l’étranger, nos principaux clients sont le Royaume-Uni (25 % des volumes), la Belgique (15 %) et les États-Unis (12 %). Nous sommes prêts à vendre davantage en France, mais les goûts actuels des consommateurs – et par conséquent les souhaits des brasseurs – sont orientés vers des variétés aux arômes typés « américains ». Nous essayons de démontrer aux brasseurs l’intérêt de faire une bière 100 % locale, houblon compris, et de les encourager à brasser différemment pour leur permettre de se créer une identité à partir des dernières variétés de houblon issues de la recherche française privée. L’export est également une piste de croissance, car, à côté des marchés historiques précédemment cités, de nouveaux marchés se développent depuis quelques années. Désormais, le houblon made in France voyage également jusqu’au Vietnam (3 % des volumes), au Japon (1 %) et au Brésil.

Quels sont vos concurrents sur le marché mondial ?

A. W. : Essentiellement les États-Unis et l’Allemagne. D’après les dernières statistiques, la surface mondiale de houblon a progressé de 2,8 % en 2018. Elle demeure concentrée à 75 % sur ces deux pays. La France reste en dixième position, avec une surface de 500 ha, en hausse de 3 % par rapport à la campagne précédente. Cette dynamique globale est portée par une consommation française de bières (en volume) en hausse depuis cinq années consécutives. Nous observons cette augmentation pour l’année 2018 en GMS (+ 5 %) et en CHR (+ 1,8 %), selon les derniers chiffres publiés par Brasseurs de France. La production nationale s’élève sur l’année à 23,5 millions d’hectolitres.

Quel est le potentiel de développement de la filière française ?

A. W. : Le potentiel de production pourrait augmenter, mais le marché du houblon est fluctuant. En 2008, par exemple, la filière houblon a subi une crise avec un effondrement des prix. En 2008, les producteurs de houblon alsaciens ont été confrontés à la chute des cours mondiaux et à une rupture de contrat avec Anheuser-Busch, le principal acheteur de houblon local et premier brasseur mondial, suite à son absorption par le numéro deux du secteur, le belgo-brésilien InBev. Le géant brassicole américain concentrait à lui seul 65 % de la production de Strisselspalt, la variété alsacienne d’excellence. La filière houblonnière a dû rechercher de nouveaux clients, puis recentrer la gamme, planter de nouvelles variétés, et en arracher d’autres pour s’adapter au nouveau marché. Ce n’est pas évident à gérer pour les producteurs historiques (Alsace et Nord), qui restent donc prudents, tandis que l’engouement est fort dans les autres régions de France. Les surfaces augmentent doucement, en ce moment : passant de moins de 400 ha en 2013 à plus de 500 ha désormais. Cette dynamique globale est portée par une consommation française de bières (en volume) toujours en hausse depuis cinq années consécutives. Ce que nous cherchons notamment à augmenter, c’est la proportion de houblon bio. À ce jour, une trentaine d’hectares en Alsace sont plantés en agriculture biologique. Au vu de la tendance, cette surface devrait doubler d’ici 2021. La majorité  des nouveaux projets sont prévus en agriculture biologique.

Quels sont vos projets ?

A. W. : Dans un contexte de développement national de producteurs de houblon locaux, s’adossant ou non à des organisations régionales, l’AGPH doit remplir son rôle. Chaque association qui le désire est invitée à adhérer à l’AGPH afin d’apporter sa pierre à l’édifice de son développement. Et ce, dans l’intérêt de la défense du houblon français au niveau national, bien sûr, mais également à l’international. Notre ambition est de créer dès cet été une interprofession du houblon. La structure rassemblera les producteurs, les négociants et les transformateurs (les brasseurs en première ligne). L’AGPH doit être le représentant de l’ensemble des producteurs au sein de cette interprofession. Nous allons donc professionnaliser l’AGPH au service de tous les producteurs et de la défense du houblon. En effet, la filière houblon française ne représente que 0,8 % de la production de houblon mondiale… Il faut savoir se défendre face à nos concurrents. Pour rappel, 75 % du houblon sont produits aux États-Unis et en  Allemagne. Plusieurs pistes sont envisagées, dont la plus importante est la création d’un Institut technique du houblon. Cela permettrait, dans un premier temps, de répondre aux problématiques spécifiques des producteurs de houblon (en bio et en conventionnel). Celles-ci sont différentes chaque année, au regard des conditions climatiques.
Lors de notre assemblée générale, qui s’est tenue en mai dernier à Paris, plusieurs actions ont été décidées. Outre la  création d’un institut technique destiné à accélérer le transfert des connaissances agronomiques et d’une interprofession pour fédérer tous les acteurs autour de ce projet filière, un site Internet dédié va être créé, et un ouvrage de référence est en préparation.

Et la recherche variétale ?

A. W. : Elle est privée, à ce jour. La recherche variétale est menée par le Comptoir agricole en Alsace. Elle a démarré dans les années 2000, les premières variétés ont vu le jour en 2012. C’est donc une activité de très longue haleine, et très onéreuse. En partant de la variété historique Strisselspalt, ce plan de recherche a permis de créer de nouvelles variétés, pour donner des houblons aromatiques et « flavors ». Aujourd’hui les variétés franco-françaises sont Aramis, Triskel, Barbe Rouge, Mistral et Elixir. Sans compter les variétés sous numéro en instance de lancement. La bonne nouvelle reste tout de même la décision du Comptoir agricole de déléguer à la production
les variétés issues de son plan de recherche, afin de permettre aux nouveaux producteurs d’avoir accès aux plus récentes variétés.

—— Emmanuelle THOMAS (Tribune Verte 2915)

HopFrance : LA MARQUE COMMERCIALE EXPORT DU HOUBLON MADE IN FRANCE

Le nouveau plan stratégique de la filière houblon s’inscrit dans la poursuite du travail lancé il y a déjà quelques années. Pour se donner de la visibilité à l’export (qui représente aujourd’hui 70 % des volumes, dont 85 % des surfaces de houblon sont en moyenne sous contrat chaque année), le Comptoir agricole a créé sa marque commerciale : HopFrance. L’objectif de la marque HopFrance est la valorisation permanente du houblon français à l’export, sur le marché international.