En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Agent de relation culture H/F

Agent de relation culture H/F

On compte sur l'Agent de relation culture...

  • Assurer le suivi d'un groupement de producteurs
  • Apporter un appui technique aux producteurs
  • Promouvoir et vendre des prestations ainsi que des services auprès des producteurs
  • Prendre en charge la gestion des approvisionnements
  • Contribuer au développement économique de son entreprise
  • Assurer une veille technique et réglementaire

Le profil de l'Agent de relation culture

  • Bonne connaissance du milieu agricole
  • Autonome
  • Goût pour les relations humaines fortes et de proximité
  • Aptitude au conseil
  • Aisance relationnelle
  • Aptitudes commerciales
  • Sens de la planification et de l'anticipation
  • Solides connaissances techniques en lien avec la production suivie (agronomie, productions animales)

Les formations possibles

  • BTSA agronomie productions végétales ou animales
  • BTSA analyse et conduite et stratégie de l'exploitation
  • Licences professionnelles conseil en productions végétales ou animales
  • Ingénieur agri-agro
  • Certiphyto conseil apprécié

Où exercer ?

Dans une coopérative, dans un négoce, dans un groupement d'éleveurs, dans une grande exploitation agricole, au service approvisionnement d'une industrie agroalimentaire

Les perspectives d'évolution

Evoluer vers un poste de chef.fe de service

Quelle rémunération ?

A partir de 20 K€ à 25 K€ pour les débutants, la rémunération peut dépasser les 30 K€ pour les profils, les plus expérimentés.

Pour en savoir plus sur ce métier : Agent de relation culture H/F

Témoignages

Marjorie Gabriel, agent de relation culture chez Desmazières : Dix ansaux côtés des producteurs de plants de pomme de terre

Depuis plus de dix ans, Marjorie Gabriel travaille chez Desmazières en tant qu'agent de relation culture (ARC). Elle accompagne 28 producteurs de pomme de terre sur 675 hectares. Il y a trois ans, son portefeuille a été revu suite à une hausse importante des surfaces de pomme de terre de consommation à destination de l’industrie. Elle suivait alors 900 hectares, une situation devenue compliqué à gérer. Une réorganisation a donc été effectuée (incluant des embauches) et une nouvelle répartition du territoire a été décidée. Désormais, Marjorie Gabriel s'occupe des deux-tiers de la Seine-Maritime. Avant de travailler au sein de Desmazières, elle s’occupait de la qualité des bananes en provenance de Guadeloupe et de Martinique au port de Dunkerque. À la question « quel est le point commun entre la banane et la pomme de terre ? », Marjorie Garbiel répond : « Ce sont des produits bruts. C’est à partir d’eux que tout commence : la création variétale, la multiplication, la transformation… » Il faut entre six à huit ans avant qu’une variété implantée chez les producteurs de Marjorie Gabriel arrive dans l’assiette du consommateur. Ce qu’elle aime avant tout dans son métier, c’est le relationnel avec les producteurs. Côté formation, cette dernière a obtenu un BTS biochimiste puis elle s’est spécialisée dans l'hygiène de la production et dans le contrôle de la qualité des produits agroalimentaires. Pour devenir une spécialiste du plant de pomme de terre, elle a d'abord appris sur le terrain, puis son employeur l’a régulièrement formée à la conservation des pommes de terre, aux engrais, à l’irrigation… Depuis un an, des binômes ont été mis en place afin de travailler sur des missions techniques et sur des synthèses de résultats. L’objectif est d’améliorer les performances et l’organisation de l’équipe.

Huit agents de relation culture chez Desmazières : Un fort relationnel et de bonnes connaissances techniques

L’équipe d’agents relation culture de chez Desmazières compte huit personnes et respecte la mixité. Ils sont tous en home office. Chacun d'entre eux suit en moyenne une trentaine de producteurs pour une surface d’environ 550 hectares de plants de pomme de terre. Le technicien réalise le suivi de production, la gestion des stocks et de la qualité ainsi que le conseil variétal auprès de son réseau de producteurs. « L’ARC s’assure de la qualité des plants dès la végétation par des visites régulières en parcelles, indique Mélanie Derym, responsable production chez Desmazières. Il évalue la tubérisation et observe la qualité de présentation des lots afin d’appréhender la productivité et la qualité globale de la récolte. » Ensuite, il réalise à deux reprises des prélèvements lors du stockage afin de s’assurer de la bonne conservation des marchandises, puis effectue des tests de germination. Une partie plus administrative consiste à mettre à jour les stocks en recueillant les estimations de rendements et en estimant la freinte de calibrage : « Tout au long de l’année, la connaissance des stocks est importante pour Desmazières afin d’optimiser les ventes », ajoute-t-elle.

Pour exercer ce métier, deux compétences sont essentielles : un fort relationnel et de bonnes connaissances techniques. En effet, l’ARC accompagne les producteurs. « Il s’agit d’un travail main dans la main avec l’agri-multiplicateur pour permettre une réussite mutuelle et pour assurer la pérennité des activités de chacun, détaille Mélanie Derym. L’engagement et la responsabilité des ARC sont élevés car ils assurent le lien entre l’entreprise et le réseau d’agriculteurs-multiplicateurs. »

DESMAZIÈRES EN CHIFFRES

  • 60 M € de chiffre d’affaires
  • 115 000 tonnes de plants commercialisés
  • 34 salariés, dont 8 ARC
  • 4 000 hectares de plants de pomme de terre en 2020, dont 90 hectares en bio
  • 195 producteurs, dont 16 bio
  • Une trentaine de variétés
  • Le 25 juin 2019, lancement de la démarche d’Agro-Écolo-Nomie partagée