En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Agri Sud-Ouest Innovation ; Un pôle de compétitivité à haute valeur agronumérique ajoutée

Agri Sud-Ouest Innovation ; Un pôle de compétitivité à haute valeur agronumérique ajoutée

Concilier agriculture et outils numériques peut être un vecteur de dynamisme économique et environnemental. Notamment lorsque les innovations sont portées par des pôles de compétitivité qui permettent une synergie entre les structures comme le fait le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation.

«Les pôles de compétitivité ont été lancés en 2007 pour favoriser l’innovation dans les entreprises. Le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation est une structure spécialisée dans les projets agro-industriels et dans la valorisation alimentaire et non alimentaire », explique Isabelle Guichard, déléguée aux relations interpôles Agri Sud-Ouest Innovation, dont le siège se situe près de Bordeaux. « Nous avons un ancrage en régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, mais nous pouvons intervenir ailleurs », confie-t-elle. Ce pôle de compétitivité est une association loi 1901 qui regroupe une quinzaine
de salariés. « Notre coeur de métier est d’accompagner les entreprises pour monter des projets susceptibles d’aboutir à moyen terme et qui peuvent être financés aux niveaux régional, national et européen, et notamment de booster les entreprises sur l’Europe. »
Agri Sud-Ouest Innovation intervient dans six domaines prioritaires et agit pour faciliter la création de valeur par le biais de l’innovation. Ces domaines sont les suivants :
• eau-climat-sol : approche intégrée de la préservation des terroirs ;
• protection durable végétale et animale : nouveaux intrants, approche agroécologique ;
• excellence opérationnelle des fermes et des usines : déploiement des nouvelles technologies ;
• valorisation intégrale de la biomasse : potentialiser les coproduits ;
• offre alimentaire pour manger mieux : alimentation sûre, saine et durable ;
• usages et services alimentaires innovants : créer de la valeur au-delà du produit.

La force du réseau et de la synergie

« Ce qui est intéressant également pour les entreprises, c’est le réseau et la synergie que cela crée : il y a 450 adhérents et nous travaillons aux niveaux national et européen. Le pôle a une fonction de hub. » En effet, Agri Sud-Ouest Innovation fédère des acteurs publics et privés dans les filières de l’agriculture, de l’agroalimentaire et des agro-industries, dans les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, et réunit ainsi des adhérents de plusieurs types : entreprises et investisseurs, centres de recherche, de formation et de transfert technologique mais aussi organismes de développement partenaires et collectivités locales. Cela génère des connexions utiles, incluant potentiellement des échanges commerciaux. Le pôle de compétitivité participe ou organise également des rendez-vous comme des Salons, ou des déplacements à l’international. Les adhérents bénéficient du travail de veille effectué par le pôle. Ils peuvent ainsi être informés et potentiellement consulter des appels d’offres nationaux, mais aussi européens relayés par la structure. Ils ont aussi accès à des compétences, notamment par le biais de conférences, d’afterworks ou de webinars, formations dispensées en ligne. « Nous proposons des formations ou des focus techniques : nous montons ces ateliers avec une entreprise qui possède une compétence, l’agriculture de précision par exemple. Un intervenant va animer et poser des questions à l’entreprise, et va ainsi dérouler l’ensemble des compétences et donc rendre accessible savoir et savoir-faire », explique Isabelle Guichard. Les événements sont annoncés sur l’agenda en ligne d’Agri Sud-Ouest Innovation et les adhérents reçoivent aussi une newsletter les informant des différents rendez-vous. Le montant de l’adhésion dépend du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Diva : accélérateur de solutions numériques

« En tant que cluster, nous accompagnons des entreprises dans la construction de leurs dossiers de projets, notamment européens. Diva est un exemple de cet accompagnement », informe la déléguée. Diva signifie « Boosting innovative DIgitech Value chains for Agrofood, forestry and environment » soit en français « accélérateur de solutions numériques innovantes en agriculture et agroalimentaire ». Concrètement, l’objectif est la création et le développement de nouvelles chaînes de valeur industrielles et digitales, dans le secteur agroalimentaire, environnemental et forestier. Les entreprises lauréates dont le projet est validé sont accompagnées et perçoivent des subventions pouvant aller jusqu’à 60 000 euros. « Cela peut être un prototype ou un projet, et, selon le projet, le montant des aides va de 10 000 à 60 000 euros. » 2018 était le premier millésime de ce programme. Il a permis de financer 66 projets de PME, issues de huit pays différents, dans le domaine du numérique en agri-agro. Parmi les entreprises lauréates du premier Diva, l’univers de la viticulture a compté plusieurs entreprises. Parmi elles figuraient par exemple l’entreprise Terrasnis conseil, pour son outil Oenoview permettant d’obtenir des images satellites et ainsi d’optimiser la gestion des parcelles, ou encore les entreprises Siconsult et Cap 2020 pour leur dispositif connecté permettant de piéger des insectes.

Sitevi et appel à projets

La deuxième édition de Diva avec l’ouverture du second appel à projets sera officiellement lancée lors du Sitevi, au parc des expositions de Montpellier, le 26 novembre prochain1. À cette occasion, l’événement Up2Diva est organisé pour rencontrer les experts du numérique et de l’agri-agro. Lors d’une conférence, Nicolas Nguyen, chargé de projet européen Agri Sud-Ouest Innovation, proposera un décryptage sur les technologies numériques pouvant répondre aux besoins des filières agri-agro. Des témoignages d’entreprises lauréates du premier appel à projets permettront aussi de mieux comprendre le process Diva. Cet après-midi permettra donc de se préparer à ce second appel à projets. Les modalités de participation seront également présentées.

—— Sophie SENTY (Tribune Verte 2925)
(1) De 15 h 30 à 18 h salle C, hall B5.
Plus d’informations sur www.agrisudouest.com/croissance
et www.projectdiva.eu

Occitanum : LE LIVING LAB AGROÉCOLOGIE NUMÉRIQUE

Lauréat de l’appel à projets « Territoires d’innovation », Occitanum devrait bénéficier à l’ensemble de la filière agricole. Il s’agit d’un projet collaboratif monté par DigitAg : l’Institut Convergences Agriculture numérique (#DigitAg), basé à Montpellier. Cet institut, porté par l’Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture) a été fondé en 2017. Il a pour vocation de soutenir les agriculteurs et de créer des connaissances sur l’usage des outils numériques en agriculture, il vise à trouver de nouvelles méthodes et technologies numériques et axe la recherche sur des solutions de croissance de la production et de la durabilité. Le projet Living Lab d’Occitanum fait partie des dispositifs de recherche de DigitAg. Son but est de faire de l’Occitanie le leader de l’agriculture et de l’alimentation de demain en mobilisant les technologies numériques dans une approche d’innovation ouverte, tout en répondant à la demande sociétale d’une alimentation plus saine ; il s’agit de produire une alimentation saine et locale, de réduire l’impact environnemental de l’agriculture par le biais de la transition agroécologique, de mieux redistribuer la valeur ajoutée aux agriculteurs et de redonner à l’agriculture une place de choix dans la société. Au sein d’Occitanum sont réunis à la fois des entreprises, des collectivités territoriales, des centres de formation, des pôles de compétitivité et des chercheurs. Parmi les actions figurant au programme d’Occitanum pour les prochaines années :

  • préparer la viticulture aux enjeux climatiques et environnementaux ;
  • construire l’approvisionnement local par une logistique durable ;
  • accompagner les grandes cultures et l’arboriculture vers l’agroécologie et diversifier leurs revenus ;
  • aider l’élevage à respecter et à valoriser le bien-être animal ;
  • rendre visible la biodiversité grâce à l’apiculture ;
  • booster le maraîchage avec des robots.