En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Al.Expé, Riaillé, Loire-Atlantique : l'expriementation végétale en prestation

Al.Expé, Riaillé, Loire-Atlantique : l'expriementation végétale en prestation

Salarié au sein d’une entreprise de travaux agricoles durant quinze ans, Anthony Lainé a choisi en 2017 de reprendre une structure d’expérimentation végétale, en Loire-Atlantique. Depuis, la société Al.Expé se développe et garde au centre de ses préoccupations le bien-être de ses salariés toujours plus nombreux.

Fils d’agriculteur en polyculture élevage, Anthony Lainé a préparé un bac pro conduite et gestion d’exploitation agricole (CGEA) option vaches laitières, en Ille-et-Vilaine, avant de travailler au sein d’une entreprise de travaux agricoles. « J’ai toujours été passionné par le milieu agricole et par les nouvelles technologies liées au machinisme », souligne-t-il. Durant quinze ans, il conduit divers engins agricoles, dont certains prototypes, puis devient commercial de matériel agricole durant six mois. « Je souhaitais évoluer. En regardant les offres d’emploi en 2016 sur le site de l’APECITA, j’ai été tenté par un poste de prestataire de services en expérimentation végétale, dans une entreprise familiale basée à Riaillé, au nord de Nantes. Le gérant cherchait un repreneur. J’ai postulé et j’ai été retenu ! » Après un an aux côtés du cédant – pour apprendre les ficelles du métier (gestion du parc matériel, planning des employés, contrats avec les clients) – Anthony Lainé reprend en avril 2017 la société, qu’il renomme alors « Al.Expé ». L’entreprise compte trois salariés : l’ancien gérant à mi-temps, un nouveau chauffeur d’engins agricoles, recruté grâce à l’APECITA lors de la reprise, et le nouveau gérant.

Essais densités et profondeurs de semis

Pour le compte de semenciers, de coopératives et de négoces agricoles, de sociétés de conseil ou de groupes d’agriculteurs du  Grand Ouest, Al.Expé met en place des essais de semis de céréales, d’oléoprotéagineux, de maïs et de certains légumes, puis réalise la récolte. « Nous sommes spécialisés dans les essais variétés, dans les binages, dans les produits d’enrobage de semences, voire dans certains fongicides. Notre force, c’est notre matériel que nous fabriquons nous-mêmes. Cela nous permet de faire varier les densités et les profondeurs de semis, pour des associations d’espèces notamment. Ainsi, nos clients nous contactent pour des essais spécifiques qu’ils ne peuvent pas réaliser avec leurs équipements standards. Avec le développement de la bio, des cultures associées et des réductions de phyto, nos prestations sont de plus en plus demandées. D’ailleurs, les commandes augmentent alors que nous ne faisons aucune publicité ! » Un mécanicien agricole, également chauffeur, a été recruté en janvier 2018 grâce à l’APECITA. Début 2018, la compagne d’Anthony Lainé a également rejoint la société, au service administratif et sur certaines tâches techniques (échantillonnage, préparation de semences, etc.), tout d’abord à temps partiel, puis à temps plein en 2019. En septembre dernier, un nouveau chauffeur a intégré l’équipe, et un ingénieur agronome est en cours de recrutement, là encore par le biais de l’APECITA, afin de pouvoir proposer aux clients un suivi précis des essais avec de la notation. « J’emploie actuellement cinq salariés, et nous sommes sept en pleine saison, lors des semis et des récoltes », note Anthony Lainé.

Croissance annuelle proche des 10 %

Avec une progression annuelle de son chiffre d’affaires proche des 10 %, l’objectif de la petite entreprise n’est pas de miser sur le volume de prestations mais sur la qualité de service : « C’est dans cette visée que nous recrutons un agronome, pour accroître encore le niveau de suivi technique des essais. » Un technicien d’expérimentation devrait être embauché en complément, ainsi qu’un chauffeur supplémentaire (à moyen terme). Le site actuel devenant trop petit, un déménagement est prévu dans des locaux plus grands, toujours sur la commune de Riaillé. Cela n’empêche pas le gérant de garder au centre de ses préoccupations le bien-être de ses salariés : « J’ai eu la chance d’avoir certains patrons qui valorisaient leurs salariés, alors j’agis de façon similaire. Nous fonctionnons sur la base des 35 heures, avec la modulation hors saison – de novembre à mai – de ne travailler que quatre jours par semaine. Et l’été, chaque salarié a trois semaines de vacances, ce qui est rare dans le milieu agricole. D’ailleurs, je ne développe pas les moissons d’été pour garder cet avantage. Et pour le moment, aucun salarié n’a quitté l’entreprise », se félicite Anthony Lainé.

—— Olivier LÉVÊQUE (Tribune Verte 2929)

L’ÉTAT D’ESPRIT COMME PREMIÈRE COMPÉTENCE

Lors de ses recrutements, Anthony Lainé place l’état d’esprit du candidat comme la compétence prioritaire. « Dans une entreprise familiale comme la nôtre, avec une très grosse part de travail en équipe où tout le monde s’entraide, il est essentiel d’avoir une bonne ambiance, avec des employés pas individualistes. Cela est aussi vrai dans la relation avec les clients. » Le niveau d’études ou de formation n’est pas une exigence pour intégrer Al.Expé. Par exemple, sur les trois chauffeurs, aucun n’a travaillé en expérimentation végétale auparavant. Seules exigences : que la personne soit curieuse et qu’elle souhaite se former.

100 % DES RECRUTEMENTS PAR L’APECITA

Pour tous ses recrutements, Anthony Lainé passe par l’APECITA. « Avec notre conseillère APECITA, nous échangeons sur la fiche de poste, puis l’association diffuse l’annonce et reçoit les CV. Elle me fait parvenir sa première sélection, et je choisis les candidats à auditionner. L’APECITA réalise alors des profils psychologiques, pour s’assurer que les candidats choisis correspondent à l’esprit de notre entreprise, et m’accompagne dans le choix final de la personne. » Pour le gérant, cette collaboration est très flexible. « Si, de mon côté, je trouve un profil intéressant, je peux le proposer dans le processus de recrutement auprès de l’APECITA. C’est très simple, et les résultats sont toujours positifs. »