En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Alfalor : la nutrition animale au service des éleveurs

Alfalor : la nutrition animale au service des éleveurs

Basée en Meurthe-et-Moselle, Alfalor est une entreprise spécialisée dans la nutrition animale. Devant les difficultés à trouver de nouvelles recrues, Éric Hoeltgen et Thierry Viaud, les deux responsables, cherchent de nouvelles idées pour recruter.

C’est en 2001 que l’entreprise de nutrition animale Alfalor voit le jour à Clémery (Meurthe-et-Moselle). Elle est fondée par Éric Hoeltgen, directeur général, et par Thierry Viaud, président. Face au développement de l’entreprise, les dirigeants transfèrent l’activité sur le site de Brouchetière, à Briey (Meurthe-et-Moselle), en 2012. « Nous sommes passés de 400 à 9 000 m². » Le site, « construit selon les mêmes techniques que la tour Eiffel », permet d’héberger l’ensemble des matières premières et de la production. Le site compte 25 cases et 22 cellules de matières premières en vrac. L’outil industriel est amélioré en continu. Les dirigeants ont investi dans deux mélangeuses Nutrifeed à poste fixe en 2013, dans une presse à petite botte en 2014, dans des cellules de stockage et dans une station de chargement en 2016.

Aujourd’hui, ils produisent annuellement 30 000 tonnes d’aliments du bétail. Si le coeur de l’activité reste les aliments pour les ruminants, l’entreprise s’est progressivement diversifiée dans ceux pour chevaux, pour chiens, pour chats et pour la basse-cour. « Nous nous sommes spécialisés dans le mash », explique Éric Hoeltgen (voir encadré). La production est essentiellement commercialisée dans le Centre-Est, en Suisse, dans l’Aveyron et en Franche-Comté. « Le développement de l’activité est fonction des opportunités. Historiquement, nous exportons beaucoup vers la Bulgarie et la Roumanie, mais ce sont des marchés très oscillants », indique Claude Milan-Balizeaux, ingénieur agronome. Parmi sa clientèle, Aflalor compte la ferme des 1000 vaches. Pour adapter l’aliment au troupeau, l’entreprise réalise chaque année un certain nombre d’analyses des sols, des effluents d’élevage, des fourrages, des eaux, des matières premières et des rations mélangées. En collaboration avec le vétérinaire de l’élevage, l’équipe effectue régulièrement des prélèvements de sang, de lait et des urines. « Nous fabriquons les recettes sur mesure, en fonction des résultats d‘analyses, car chaque élevage a des besoins spécifiques », explique Éric Hoeltgen. L’entreprise propose également une large gamme d’aliments standards. Par ailleurs, elle a développé des services d’audit en élevage, de suivi de troupeau, de conseil en nutrition…

La personnalité avant tout

En plus des deux responsables, l’entreprise emploie aujourd’hui seize salariés : deux administratifs, deux chefs d’usine

  • un responsable de la logistique et des stocks et un en charge de la fabrication
  • quatre opérateurs, quatre chauffeurs et quatre technico-commerciaux.

« Certaines fonctions sont externalisées, comme la qualité, la maintenance ou le ménage », indique Claude Milan-Balizeaux. Dans un avenir proche, pour remplacer plusieurs départs en retraite, l’entreprise va devoir renouveler une partie de ses salariés. « Notre équipe est relativement âgée, c’est un risque pour l’entreprise. Nous recherchons donc plutôt des jeunes, même si nous ne disons pas non à un profil expérimenté qui conviendrait. Nous n’avons pas d’exigence particulière en matière de diplôme. Nous cherchons ‘‘une tête’’ et de la motivation avant tout », analysent Éric Hoeltgen et Claude Milan-Balizeaux. Les dirigeants ont l’objectif de réaliser une embauche par an pendant trois ans. « Nous cherchons à recruter en priorité pour les postes de technico-commerciaux, mais il nous faudra aussi un chauffeur livreur. Nos chauffeurs sont nos premiers représentants, ils doivent donc avoir la culture de l’entreprise. » Les deux responsables privilégient les profils possédant une formation technique : « Nous cherchons quelqu’un qui a la fibre du terrain. Ce qui compte avant tout, c’est la personnalité. Nous ciblons des gens simples, sincères, gentils, avec qui nous pouvons travailler en confiance. Nos salariés sont libres d’exercer leur métier de la façon dont ils ont envie. Nous ne les surveillons pas », assure Éric Hoeltgen.

Innover dans le recrutement

Éric Hoeltgen et Claude Milan-Balizeaux s’étonnent du peu de CV reçus. Devant les difficultés à trouver de nouvelles recrues, les deux responsables cherchent de nouvelles idées pour recruter. En octobre 2019, pour la première fois, l’entreprise a participé au jobdating organisé par l’APECITA dans le cadre du Salon Agrimax à Metz. Le principe du jobdating est simple : il s’agit d’un premier contact entre un recruteur à la recherche d’un ou plusieurs collaborateurs et un candidat en recherche d’emploi ou souhaitant changer d’activité professionnelle. Ces rencontres courtes (de 15 à 20 minutes en moyenne) sont l’occasion, pour le candidat, de présenter son profil et son parcours, et pour l’employeur de présenter son entreprise, le(s) poste(s) à pourvoir et de s’assurer de la concordance du profil de ce candidat avec le poste à pourvoir. Le jobdating permet la tenue de plusieurs rencontres en
un minimum de temps. L’APECITA s’occupe de recevoir, de trier les candidatures et de gérer le planning des rencontres.

« Le jobdating était très bien organisé, nous avons reçu des jeunes intéressants avec de bons profils. L’APECITA avait fait une sélection efficace, nous n’avons pas perdu notre temps ! D’ailleurs, à la suite de cet événement, nous avons embauché une jeune technico-commerciale », confie Éric Hoeltgen.

—— Hélène FLAMANT (Tribune Verte 2947)

Alimentation : LE MASH FERMIER PLUTÔT QUE LES GRANULÉS

Depuis 2003, Alfalor s’est spécialisée dans la fabrication de mash. Pour Éric Hoeltgen, « la forme granulée est un non-sens écologique » alors que les notions d’empreinte carbone et d’émissions de gaz à effet de serre prennent de plus en plus de poids. « Broyer et granuler les matières premières a un coût énergétique. Le mash permet de s’affranchir des contraintes technologiques du granulé. Pour autant, nous veillons à l’homogénéité des mélanges. » Alfalor propose des aliments standards ou sur mesure.