En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

- Productions animales

Avipole Formation : Devenir Conseiller dans le secteur avicole

Avipole Formation : Devenir Conseiller dans le secteur avicole

Le centre Avipole Formation prépare les futurs conseillers d’élevage avicole qui pourront évoluer à des postes de techniciens ou de technico-commerciaux dans les différents maillons de la filière.

Sélection, production (poussins, viande, oeufs), abattage, transformation, fabrication d’aliments… Avec le titre de conseiller d’élevage avicole, il est possible d’évoluer dans les différents segments de la filière avicole en tant que technicien ou technico-
commercial. « Le rôle d’un technicien en élevage est d’apporter un soutien technique aux éleveurs pour faire appliquer notamment les cahiers des charges clients, qui sont de plus en plus exigeants et orientés vers le bien-être animal », explique Jean-François Guinard, responsable de formation au sein d’Avipole. « Le technico-commercial a en plus une activité de prospection », poursuit-il.

Ce centre de formation avicole, basé à Ploufragan dans les Côtes-d’Armor, propose d’obtenir ce diplôme de niveau III (niveau bac + 2) en alternance en un an (par apprentissage ou en contrat de professionnalisation) ou en formation continue sur six mois (dont six semaines de stage). Cette formation, qui offre un taux d’insertion professionnelle de 95 % à sa sortie, est plébiscitée. Cette année, 26 apprenants en formation initiale et sept en formation continue ont suivi le cursus, dont au total sept jeunes femmes. « Il y a une forte
demande de la filière, notamment en poules pondeuses, avec le développement des élevages alternatifs (hors cages) », indique-til.
Pour intégrer la formation, les candidats doivent détenir au minimum un diplôme de niveau bac + 2 (BTSA productions animales, ACSE…). « Nous pouvons aussi recruter des personnes ayant le niveau bac, mais elles doivent avoir une solide expérience professionnelle en aviculture d’au moins deux ans », mentionne le responsable. Lors des entretiens individuels de recrutement, il évalue plus particulièrement les motivations et les qualités personnelles. « Un conseiller doit être réactif quand un éleveur rencontre un problème. Il doit également être observateur, calme et avoir un peu de caractère pour ne pas se laisser marcher sur les pieds », estime-t-il.

Aborder tous les aspects de la production

Le centre traite de tous les aspects liés à la sélection, à la multiplication, à l’accouvage, à la conduite d’un élevage de volailles de chair ou bien encore celui de poules pondeuses. « Nous abordons toutes les productions : poulet, dinde, pintade, canard, repro poule, repro canard, label… Nous abordons l’anatomie, les pathologies (les bases). Nous développons quelques maladies (le botulisme, la grippe
aviaire…). Un module concerne l’économie et la gestion, car certains prévoient de s’installer à court ou moyen terme en tant qu’éleveur »,
développe Jean-François Guinard. Des cours sur les bâtiments avicoles sont également mis en place. En effet, le conseiller peut intervenir chez l’éleveur sur des problématiques en lien avec l’ambiance bioclimatique, la litière ou encore la ventilation. Un module de communication est par ailleurs au programme, notamment afin d’aider les futurs conseillers à bien gérer l’aspect relationnel avec les différents profils d’éleveurs. Les cours sont donnés par les formateurs d’Avipole et par des professionnels de la filière. « Pour les pathologies, nous faisons intervenir des vétérinaires et des chercheurs de l’Anses », précise-t-il.

Tout au long de l’année, des visites sont organisées dans plusieurs lieux : bâtiment d’élevage, abattoir, couvoir, usine d’aliments, laboratoire d’analyses… À la rentrée prochaine, Avipole aimerait mettre en place des éleveurs référents travaillant dans plusieurs secteurs de la filière. L’idée est que des équipes de quatre ou cinq élèves puissent aller chez le producteur lorsqu’une activité particulière se présente, comme la vaccination de poulets, ou bien le transfert de poulettes dans un autre bâtiment. L’objectif pour le centre est de rendre la formation encore plus pratique.

—— Caroline EVEN (Tribune Verte 2919)