En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Chargé des relations entreprises F/H

Chargé des relations entreprises F/H

On compte sur le Chargé des relations entreprises pour...

  • Animer et fidéliser un réseau d’entreprises permettant un placement optimal des étudiants en stage et en apprentissage 
  • Prospecter et rencontrer les entreprises (Salons professionnels, visites des entreprises…)
  • Accompagner les étudiants dans leur recherche de stage ou de contrat d’alternance
  • Assurer, en collaboration avec l’équipe pédagogique, la liaison avec l’entreprise d’accueil
  • Promouvoir l’établissement
  • Participer à la collecte des ressources : taxe d’apprentissage, fundraising…

Le profil du Chargé des relations entreprises

  • Très bonnes connaissances du monde de la formation et de l'entreprise
  • Aisance relationnelle
  • Aptitude à travailler en équipe
  • Capacité à animer un résea
  • Compétences relationnelles
  • Capacité d'écoute
  • Maîtrise des techniques de communication et des réseaux sociaux

Les formations possibles

  • Licence ou master en ressources humaines ou en insertion professionnelle
  • Ingénieur agri/agro

Quelle rémunération ?

À partir de 20 K€ pour un profil débutant, la rémunération peut dépasser les 30 K€ suivant la taille de la structure et l’expérience professionnelle

Où exercer ?

Pour un lycée agricole, un CFA, un CFPPA, pour un centre de formation professionnelle, pour un établissement d’enseignement supérieur, pour une mission locale…

Ses perpectives d'évolution

Évoluer vers certains postes comme ceux de directeur·rice des partenariats, de pilote des opérations d’employabilité des élèves ou de responsable permanent·e d’associations d’anciens élèves (Alumni)

Témoignages

Caroline Frede-Vergnes, CFA/CFPPA de Toulouse-Auzeville : Des qualités d'écoute bienveillante

« Le CFA et le CFPPA sont deux centres de formation rattachés à l’établissement public de Toulouse-Auzeville. Nous sommes présents à Auzeville, près de Toulouse, et sur trois sites distants : Auterive, Villefranche-de-Lauragais et Revel. Pour ces deux derniers, nous sommes surtout positionnés dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi. À Auzeville et à Auterive, nous dispensons essentiellement des formations qualifiantes dans le secteur du paysage, du CAP à la licence professionnelle. Nous avons également un pôle santé animale et un pôle commerce. La filière agricole est présente avec un CAP horticulture, un BPREA et un CS apiculture. Avec la nouvelle loi, nous avons élargi les formations en apprentissage. Tous nos CS sont notamment en publics mixés, c’est-à-dire avec des apprentis et des demandeurs d’emploi. Pour le poste de chargé de développement de l’apprentissage, nous recherchions une personne avec des compétences en techniques de communication, mais aussi de commercialisation. C’est un poste qui nécessite de communiquer à la fois en interne dans notre réseau, et en externe auprès des jeunes et des entreprises. Il faut savoir mener des entretiens pour évaluer la motivation des jeunes et pour cerner les besoins des entreprises : ont-elles besoin d’un stagiaire ? D’un apprenti ? Ou de former leur propre personnel ?

Pour cela, il est nécessaire d’avoir une aisance dans la prise de parole, mais aussi des qualités d’écoute. Une écoute bienveillante, qui ne juge pas. Ces sessions d’entretiens demandent du temps, mais elles permettent d’en gagner par la suite, car il est plus facile de faire le lien entre les candidats et les entreprises lorsqu’on les connaît mieux. Et nous évitons aussi davantage les abandons. Depuis deux ans, nous avons mis en place une cellule chargée de suivre les situations délicates et nous en constatons les effets, puisque nous sommes passés de 12 % à 5 % de ruptures de contrat. »

Laure Marty, chargée de développement : « Il faut savoir s'adapter »

« J’ai un parcours atypique : après mon bac littéraire, j’ai obtenu une licence médiation culturelle, option information et communication à Montpellier, puis un master métiers des arts et de la culture, création et gestion d’évènements à l’IUP de Nîmes. Ce profil ‘‘communication’’ m’a permis de devenir conseillère en formation continue à la chambre des métiers de Toulouse. C’est là que j’ai découvert le secteur de la formation, qui m’a beaucoup plu. En septembre 2017, j’ai été recrutée au CFA d’Auzeville pour développer l’apprentissage, en création de poste. Lorsque les financements se sont arrêtés, la direction m’a confié la mission de chargée de développement. Quand je suis arrivée, il a fallu créer et surtout structurer les outils de communication. Par exemple, nous avons inauguré notre premier jobdating en 2018, avec nos partenaires. Au quotidien, je travaille en lien avec les chargés de formation. Je représente et valorise le centre à l’extérieur : je faisais à peu près 20 Salons par an hors période Covid. Je fais aussi partie du dispositif ‘‘prépa apprentissage’’, qui concerne tous les secteurs d’activité. À ce titre, je vérifie si les jeunes peuvent entrer dans le dispositif, puis je fais le lien avec les prescripteurs. En ce qui concerne le recrutement, j’organise toutes les sessions avec les candidats. En parallèle, chaque année, j’envoie un mailing à plus de 2 000 entreprises en lien avec nos formations, puis je gère les relations avec elles au quotidien. Si la situation sanitaire le permet, nous espérons bien mettre en place notre nouvelle stratégie à la rentrée, à savoir, mettre les entreprises davantage au coeur de notre centre de formation. Nous pensons par exemple organiser plus d’évènements avec les maîtres d’apprentissage.

Ce que j’apprécie le plus dans mon métier, ce sont les relations humaines, car je suis en lien à la fois avec les entreprises, les jeunes apprentis ou stagiaires, les prescripteurs. On ne s’ennuie jamais, et les journées sont très prises ! Il faut savoir toujours s’adapter, prévoir un plan B, voire un plan C, trouver des solutions rapidement, car il y a toujours beaucoup d’imprévus. C’est très enrichissant. Pour faire ce métier, il faut aimer la formation, les relations, les challenges, mais aussi savoir jongler avec les informations et avoir une bonne mémoire. »