En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Concepteur de formation en agriculture ou agroalimentaire F/H

Concepteur de formation en agriculture ou agroalimentaire F/H

On compte sur le Concepteur de formation pour...

  • Analyser les besoins en formation des publics cibles
  • Choisir les modalités pédagogiques les plus adaptées
  • Élaborer les contenus et le déroulement des formations
  • Concevoir les outils pédagogiques
  • Évaluer les sessions de formation

Le profil du Concepteur de formation

  • Très bonnes connaissances du monde de la formation
  • Maîtrise des techniques pédagogiques
  • Aisance relationnelle
  • Aptitude à travailler en équipe
  • Capacité de synthèse
  • Créatif
  • Méthodique

Les formations possibles

  • Licence ou master dans le domaine de l’ingénierie de formation
  • Ingénieur agri/agro avec expérience dans le domaine de la formation

Quelle rémunération ?

À partir de 20 K€ pour un profil débutant, la rémunération peut dépasser les 30 K€ pour les profils plus expérimentés.

Où exercer ?

Pour un lycée agricole, un CFA, un CFPPA, pour un organisme de formation, pour un établissement d’enseignement supérieur.

Témoignages

Stéphanie-Rose Rouillier, chargée de mission en ingénierie pédagogique/EPL du Loiret : « C’est avant tout une démarche de montage de projets »

Stéphanie-Rose Rouillier est chargée de mission en ingénierie pédagogique depuis novembre 2020 à l’EPL du Loiret/CFA de Bellegarde. « Je suis à 70 % sur une mission d’ingénierie et de développement des formations et à 30 % sur la coordination du BTS ACSE en apprentissage. Je tiens à conserver une part d’enseignement et de coordination, car il est important d’être les pieds dedans pour élaborer une bonne formation.

Mon parcours et mon expérience me servent dans le processus de création d’une formation. Après un Bac scientifique, un Deug B, une première année de prépa vétérinaire, j’ai fait une césure, puis un BTSA formation Agricadre à l’ESA d’Angers, complétée par un Master 2 en gestion de projets, management et communication de l’université de droit d’Angers. J’ai ensuite travaillé J’ai intégré l’EPL du Loiret en novembre 2020, qui a une volonté stratégique de développer des formations : l’établissement propose des formations allant jusqu’au niveau Bac + 2, mais les étudiants qui souhaitent poursuivre sont obligés de partir. Le but est de répondre à ce besoin et de garder les talents dans la région ! Pour exercer ce métier, il faut un niveau d’études minimum à Bac + 5. Les parcours BTS-licence-ingénieur sont dans cette optique très pertinents, mais je pense qu’il est difficile de faire ce métier directement en sortant de l’école, il nécessite une expérience professionnelle qui procure une approche système très large. Concevoir des contenus pédagogiques requiert un certain vécu, nécessite de la curiosité, des bonnes connaissances, mais aussi un réseau. Côté qualités, élaborer des formations demande de l’adaptabilité, une aisance rédactionnelle certaine et une forte capacité d’écoute, car on ne crée pas tout seul une formation. Transformer les besoins identifiés en niveaux de formation

Mettre au point une formation constitue tout un processus. Dans un premier temps, il est d’abord nécessaire de bien comprendre les attentes et les besoins des filières, de façon à y répondre. Pour cela, on effectue des études qualitatives auprès des entreprises et des étudiants en sortie de formation, pour connaître les manques dans le cursus existant. L’étape suivante consiste à transformer les besoins identifiés en niveaux de formation. Par exemple pour une formation sur l’agriculture urbaine, il est nécessaire de mettre en place deux niveaux : un niveau pour ceux qui vont travailler (BPREA) et un pour les porteurs de projets en agriculture urbaine (licence pro). Et pour finir, il y a un volet recherche de financement. Un volet plus administratif est également à mener en parallèle, avec le dossier d’habilitation, le dépôt de contenu pédagogique, la constitution de l’équipe pédagogique, etc.

C’est un travail très prenant. Ce métier demande de l’organisation, c’est avant tout une démarche de montage de projets. Il faut être capable de tenir un planning, mais aussi de fédérer, de travailler avec de multiples interlocuteurs, tels que la DGER, la direction générale de l’enseignement et de la recherche, ou les partenaires de la filière considérée, etc. Élaborer une formation est tout un processus : il faut valider ses idées, formaliser la formation,  trouver des partenariats.

Même si je ne suis pas la seule décisionnaire et que je dois respecter des contraintes administratives, je travaille en autonomie. »