En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Confinement : Certaines exploitations ont fait appel à des volontaires

Confinement : Certaines exploitations ont fait appel à des volontaires

Grâce à la plateforme Des bras pour ton assiette, de nombreux volontaires ont souhaité prêter main-forte aux agriculteurs. Voici deux expériences réussies, l’une en viticulture et l’autre en pomme de terre.

Depuis l’appel lancé par le ministère de l’Agriculture et par la FNSEA le 24 mars dernier, de nombreux volontaires se sont manifestés afin de venir en aide aux agriculteurs. La plateforme Des bras pour ton assiette, mise en place par Pôle emploi et par l’Anefa, met ainsi en relation des producteurs avec des salariés ou des artisans en chômage technique, des étudiants… Certes, cette initiative n’a pas toujours abouti, les volontaires – rémunérés comme les autres saisonniers – n’étant pas assez qualifiés pour le travail demandé, mais certaines filières y ont eu recours, comme la viticulture ou encore le maraîchage.

Une adaptation parfois nécessaire

« Nous embauchons huit saisonniers sur l’année pour les travaux d’ébourgeonnage au printemps et pour les vendanges à l’automne. Notre inscription sur la plateforme Des bras pour ton assiette a généré beaucoup plus d’offres que nous le pensions. D’habitude, nous sommes plutôt en recherche de saisonniers. Cinq volontaires sont finalement venus travailler sur l’exploitation, les trois autres ayant été recrutés grâce à l’Anefa. Quatre d’entre eux sont des étudiants en école de commerce, deux travaillent dans la restauration. Les deux autres ont déjà eu des expériences en viticulture, dont une étudiante en travail social », explique Marie Dubillot, qui dirige depuis quatre ans avec son frère l’exploitation Les vignobles du Paradis, située à Chaudefonds-sur-Layon (49), et qui est anesthésiste au CHU d’Angers.

La mise en route n’a pas été simple, malgré les fiches techniques envoyées au préalable et des schémas illustrant les explications sur le terrain. « Finalement, nous avons constitué deux groupes. Les plus performants ont ébourgeonné dans les parcelles les plus sensibles et dans les plus jeunes vignes. Comme à mon habitude, j’ai surveillé attentivement leur travail. Lorsque je suis absente ou à l’hôpital, je me repose entièrement sur notre salarié pour le management et pour le suivi technique », relate la viticultrice. Les volontaires auront travaillé un mois. « Avec cette expérience, certains se sont aperçus que l’agriculture était un domaine intéressant, mais pas aussi simple qu’ils le croyaient ! » affirme Marie Dubillot. Pour Matthieu Lenglet, producteur de pomme de terre près d’Amiens (80), l’inscription sur la plateforme n’a été que bénéfique : « Nous recherchions quelqu’un avec de l’expérience en conduite d’engins, dans le cadre de nos plantations de printemps. Nous avons eu la chance de trouver une jeune femme de 24 ans qui n’habite pas très loin de l’exploitation. Elle est arrivée le 15 avril, et nous l’avons embauché ensuite en CDI. Elle venait de quitter un emploi dans une concession et souhaitait travailler davantage sur le terrain », explique le producteur.

—— Marie-Dominique GUIHARD (Tribune Verte 2939)

Témoignage d’une volontaire :
« UNE BONNE EXPÉRIENCE À AJOUTER À MON CV »

En reconversion, Albane Tardy-Joubert, âgée de 33 ans, prépare un BTS en économie sociale et familiale. Ses cours se sont terminés le 24 avril. Inscrite sur la plateforme Des bras pour ton assiette, elle a rapidement obtenu un emploi grâce à Marie Dubillot, qui est viticultrice : « J’apprécie le travail en plein air, et j’aime les plantes, comprendre comment elles poussent. J’avais déjà réalisé deux saisons chez des vignerons, pour la vendange mais aussi pour la taille et pour l’ébourgeonnage », assure-t-elle. À terme, Albane Tardy-Joubert espère animer des chantiers d’insertion pour des jeunes en difficulté. « Ces expériences peuvent m’aider à trouver un travail car je peux les ajouter à mon CV, spécifie la jeune volontaire. En attendant, j’ai apprécié sortir au grand air, rencontrer des gens que je ne fréquente pas d’habitude, comme les gens du voyage. En plus, il y avait une très bonne ambiance ! »