En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Corentin RICHE, animateur FRCUMA : "Animer pour créer des intéractions"

Corentin RICHE, animateur FRCUMA : "Animer pour créer des intéractions"

À l’antenne d’Amiens de la fédération régionale des Cuma des Hauts-de-France, Corentin Riche est l’animateur
spécialiste de l’agroéquipement. Il conseille les Cuma, les accompagne notamment dans leurs réflexions sur
l’achat de nouveaux matériels.

Depuis bientôt trois ans, Corentin Riche est animateur en agroéquipement à l’antenne d’Amiens de la fédération régionale (FR) des Cuma (coopératives d’utilisation de matériel agricole) des Hauts-de-France. La structure l’a embauché dans le prolongement de son contrat d’apprentissage réalisé dans le cadre d’une licence professionnelle agronomie, agriculture de conservation des sols, agroéquipement.

Un cursus complémentaire

Avant cette licence, Corentin Riche a suivi plusieurs formations complémentaires : un BEPA option conduite de productions agricoles spécialité productions végétales, un bac pro agroéquipement et un BTS agronomie spécialité productions végétales. Il a effectué ces deux derniers cursus en apprentissage chez le même agriculteur de la Somme, cultivant des betteraves et des pommes de terre et possédant du matériel en commun avec d’autres producteurs. « J’ai eu la chance d’avoir un maître d’apprentissage très pédagogue. (…) J’ai découvert chez lui ce que c’était le partage du matériel sur l’intégralité de l’exploitation avec deux agriculteurs voisins sous forme de copropriété. Le fait d’avoir connu ce partage me permet de conseiller des groupes dans l’organisation de leurs chantiers », estime l’animateur.

Aujourd’hui, au sein de la FR Cuma des Hauts-de-France, il conseille environ 400 Cuma sur la partie  agroéquipement, sur le machinisme. « Un groupe peut se poser des questions sur le renouvellement d’un semoir, d’un déchaumeur. Je ne conseille pas de constructeurs, mais les fonctionnalités d’un appareil. Je cherche à  comprendre leurs besoins », souligne-t-il. Et d’ajouter : « Mes bases agronomiques m’aident beaucoup dans le conseil, dans la réflexion. »

Une de ses missions principales est également d’animer des groupes dans le cadre du développement de projets collectifs comme l’acquisition d’un nouveau matériel ou bien la construction d’un bâtiment. Pour que tout se passe au mieux, il explique qu’« il faut bien préparer tout en amont. Faire en sorte que tout le monde soit présent. Ensuite, animer, cela consiste à distribuer la parole à chacun pour créer des interactions, afin que les personnes interagissent ensemble, et chercher à comprendre ce qu’elles attendent ». Pour lui, tout l’enjeu est de « réussir à faire prendre du recul au groupe qui a souvent une idée bien définie avant la rencontre afin qu’il prenne une décision viable ».

Il anime régulièrement des groupes – généralement d’une dizaine à une cinquantaine de participants, lors de réunions mais aussi de journées de démonstrations de matériels ou de machines. En 2018, il a par exemple organisé six événements de ce type. Cette année, deux sont planifiés. « Cette mission prend du temps. Elle fait suite à des réflexions de groupes qui se posent des questions sur leurs investissements et veulent voir des démonstrations dynamiques. Je mets donc en place l’évènement : je contacte les constructeurs, je fais le lien… », décrit-il. Dans le cadre de sa fonction, Corentin Riche participe également à un groupe de pilotage au sein du réseau des Cuma, toujours en tant que spécialiste de l’agroéquipement. Actuellement, il travaille entre autres sur la mise à jour d’une base de données. Aujourd’hui, il est convaincu que son travail au sein de la FR Cuma, dans la coopération agricole, va bien au-delà du partage de matériel et de l’objectif de la réduction de la charge de la mécanisation : « C’est aussi un partage humain, un échange d’expériences. Nous pouvons nous intéresser à des projets de bâtiments pour transformer la viande localement. Il y a de nombreuses possibilités ! »

—— Caroline EVEN (Tribune Verte 2911)