En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Franck Boceno Chargé de recrutement chez Groupama Nord-Est « Le risque agricole se complexifie »

Franck Boceno Chargé de recrutement chez Groupama Nord-Est « Le risque agricole se complexifie »

Le secteur de l’agriculture est le marché de prédilection de Groupama. Au sein de la caisse régionale Nord-Est, des conseillers commerciaux agricoles sont souvent recrutés. Ils proposent aux exploitants agricoles un grand nombre de solutions d’assurance et de services pour leurs risques professionnels et privés.

Quelle relation Groupama entretient-il avec le monde agricole ?
Franck Boceno : Notre groupe a vu le jour en 1900. Créé par les agriculteurs pour les agriculteurs avec l’objectif de s’entraider en cas de difficulté, il a ses fondements dans le mutualisme. Aujourd’hui, nous avons trois grands marchés : le premier auprès des agriculteurs, le deuxième à destination des particuliers et le troisième pour les professionnels (artisans, commerçants et prestataires de services). Nos conseillers commerciaux spécialisés dans les marchés agricoles proposent une gamme complète de solutions d’assurance agricole pour la protection de l’exploitation (bâtiments, matériels, etc., en cas d’incendie, de tempête…) et des cultures contre les aléas climatiques (pertes de rendement…). Nous proposons également des assurances pour la personne, des solutions d’épargne et de retraite pour les chefs d’exploitation, pour leurs salariés ainsi que pour leur famille. Nos conseillers sont également accompagnés afin de présenter des services utiles et innovants, comme l’application Gari permettant aux agriculteurs, qui sont de plus en plus connectés, une gestion à distance de leur exploitation. Notre objectif est que l’exploitant construise sa vie en toute confiance, qu’il développe et qu’il sécurise son activité.

Qui intervient, au sein du groupe, lors d’un sinistre ?
F. B. : Nous avons une plateforme téléphonique dédiée aux agriculteurs où opèrent les gestionnaires de sinistres. C’est un métier à part entière. Ensuite, ce sont des experts qui se déplacent sur le terrain pour constater et pour évaluer les dégâts. Au sein de notre groupe, nous avons également des chargés de prévention. Ils interviennent dans les entreprises et auprès des exploitations agricoles pour donner des préconisations, comme la mise en place de détecteurs de fumée dans les granges afin de faire face au risque d’incendie.

Le métier d’assureur auprès du monde agricole a-t-il évolué ces dernières années ?
F. B. : Il y a une tendance à la concentration et à l’agrandissement des exploitations, avec des risques plus complexes. Le risque agricole devient de plus en plus comparable à celui d’une entreprise. Certains ont une multitude d’activités, ils font de la méthanisation, de la vente directe. D’autres ont plusieurs activités dans l’élevage, dans les cultures… Sur certains dossiers, des souscripteurs agricoles viennent en appui des conseillers commerciaux pour étudier les risques spécifiques et pour bien les évaluer.

Recrutez-vous souvent des conseillers commerciaux agricoles ?
F. B. : Constamment. En 2019, au sein de Groupama Nord-Est, nous avons recruté 14 conseillers commerciaux agricoles. Notre réseau compte en désormais une centaine. Ainsi, chaque exploitant peut solliciter un conseiller à proximité. Les profils recherchés sont plutôt commerciaux, responsables, avec une vraie capacité d’analyse besoins/risques. Les candidats connaissent le milieu agricole et/ou résident en zone rurale. Nous avons également des profils possédant une formation agricole. Nous travaillons notamment en partenariat avec l’institut de Genech (Nord), qui propose des formations dans les métiers de la nature et du vivant et qui a développé une filière commerciale. D’autres organismes de formation du secteur agricole proposent aussi des filières en agromanagement.

Depuis 2017, vous recrutez certains de vos conseillers commerciaux agricoles dans le cadre d’afterworks. Pouvez-vous nous en dire plus ?
F. B. : Nous réunissons au sein d’une agence, dans une ambiance conviviale, entre vingt et trente candidats qui ont postulé à l’une de nos annonces diffusées sur les réseaux et sur des sites standards, et qui correspondent au profil recherché. Nous essayons d’attirer des personnes qui ne viennent pas du milieu de l’assurance, qui n’imaginent pas intégrer ce secteur. Nous proposons donc une présentation de notre groupe et, surtout, nous faisons participer un conseiller commercial agricole pour qu’il présente son activité. Les candidats trouvent cette intervention très intéressante, car ils n’ont pas l’impression de recevoir un discours convenu de l’entreprise. Ensuite, nous les invitons à discuter avec les conseillers, et nous observons la manière dont ils prennent contact, s’ils osent poser des questions.

Ce mode d’embauche est-il plus efficace que d’autres ?
F. B. : Nous participons à des jobdating organisés dans le cadre de Salons, mais avec l’afterwork, la démarche est plus innovante, moins conventionnelle. Il y a un côté opérationnel, pragmatique. Suite à l’afterwork, nous sélectionnons les candidats pour un entretien plus classique. Notre objectif est que nos nouveaux conseillers commerciaux agricoles parviennent rapidement à être connus et reconnus pour leur savoir-faire. Ils doivent rayonner sur leur secteur géographique.

—— Propos recueillis par Caroline EVEN (Tribune Verte 2931)

CHIFFRES CLÉS

Le groupe Groupama

  • 1er assureur agricole en France (en % total des cotisations)
  • 9e assureur généraliste en France (en chiffre d’affaires)
  • Présent dans 9 pays à l’international
  • 12 millions de sociétaires et de clients, dont 6,5 millions en France
  • 14,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont 11,6 milliards d’euros en France
  • 32 000 collaborateurs, dont 25 000 en France
  • 2 900 caisses locales en France et 34 500 élus
  • 9 caisses régionales métropolitaines, 2 caisses d’outre-mer et 2 caisses spécialisées (forêts et producteurs de tabac)

Caisse régionale Nord-Est

  • 6 départements couverts par la caisse régionale
  • 517 millions d’euros de chiffre d’affaires
  • 284 000 sociétaires et clients
  • 236 caisses locales et 2 360 élus
  • 74 agences commerciales
  • 1 200 salariés
  • 100 recrutements par an