En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Il ne faut pas fragiliser notre capacité à embaucher »

Il ne faut pas fragiliser notre capacité à embaucher »

Afin d’améliorer la compétitivité de la ferme France, les employeurs de main-d’oeuvre disposent actuellement de deux dispositifs : un allégement des charges patronales via le TO-DE et le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi plus connu sous le nom de CICE.


Mais ce dernier est amené à disparaître au 1er janvier prochain. Jérôme Volle, vice-président de la commission emploi à la FNSEA revient pour nous sur cette question.

Qu’ont apporté le TO-DE et le CICE pour l’emploi en agriculture ?
Les bénéfices du TO-DE et du CICE ont été nombreux, et ces deux dispositifs présentent des intérêts complémentaires. Prenons tout d’abord le TO-DE, spécifique à la profession, et qui consiste en l’application de taux de cotisations sociales réduits pour l’emploi de travailleurs occasionnels. Ce fut une réelle avancée, notamment depuis qu’il a été élargi, fin 2006, à certaines activités de service agricole. Son principal avantage est qu’il diminue directement les charges sociales et qu’il évite donc de sortir de la trésorerie. Le TO-DE a évolué en 2013, avec la fin de l’exonération des cotisations accident du travail et maladies professionnelles. Mais à ce même moment a été mis en place le CICE qui a, en quelque sorte, compensé les évolutions du TO-DE. Contrairement au TO-DE qui permet de réduire directement les charges sociales, le CICE est un crédit d’impôt, ce qui sous-entend d’avancer la trésorerie. Mais alors que le TO-DE ne concerne que les travailleurs occasionnels, le CICE est calculé sur l’ensemble des rémunérations versées aux salariés, tant que celles-ci n’excèdent pas 2,5 Smic annuels. Il permet donc aussi de réduire le coût du travail sur des postes à responsabilité...

Pour en savoir plus