En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Ils se sont reconvertis dans les métiers de l'agriculture et de l'agroalimentaire : L'élevage d'alpagas au coeur du bocage mayennais

Ils se sont reconvertis dans les métiers de l'agriculture et de l'agroalimentaire : L'élevage d'alpagas au coeur du bocage mayennais

Christel Chipon (Mayenne)

Après vingt-cinq ans passés dans l’Éducation nationale en tant que professeure d’histoire et géographie, Christel Chipon a renoué avec ses premières amours, les animaux. Elle est aujourd’hui éleveuse d’alpagas en Mayenne. « Ce changement ne s’est pas fait sur un coup de tête. J’adore les animaux depuis toute jeune et je rêvais de devenir vétérinaire. À 18 ans, je voulais même monter un centre équestre, sourit Christel Chipon. Finalement, la vie a fait que je suis partie vers d’autres études mais avec toujours dans un coin de ma tête l’idée qu’un jour j’aurai ma ferme. » Bien qu’ayant toujours eu des chevaux et l’objectif de monter un élevage équin, l’ancienne professeure s’est retrouvée un peu par hasard à élever des alpagas. En 2007, elle passe un BEPA à distance dans le domaine équin afin de pouvoir s’installer. Entre-temps, elle découvre d’abord les lamas puis fait la connaissance des alpagas et décide de bifurquer vers l’élevage de ces camélidés, moins répandus que les chevaux. Après avoir trouvé une ferme, elle s’installe finalement début 2012. Elle dispose d’un troupeau de plus de soixante-dix alpagas destinés à la vente aux particuliers et aux éleveurs. En parallèle, elle commercialise la laine de ses animaux. Elle propose également des formations pour mieux connaître les alpagas ainsi que sur le filage de la laine. Satisfaite de sa deuxième vie professionnelle, Christel Chipon explique cependant : « C’est un métier très prenant et qui fait vivre un petit peu à l’écart du monde. Il n’y a pas de vacances ni de jours fériés, il faut s’occuper des animaux tous les jours. Mais c’est une contrainte que j’accepte. »