En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Insertion sociale et professionnelle : Des expériences réussies en agriculture

Insertion sociale et professionnelle : Des expériences réussies en agriculture

Travailler avec des personnes éloignées de l’emploi ne s’improvise pas. Le challenge est pourtant possible grâce à des structures et à des encadrants qui s’investissent professionnellement.
Exemples

Séverine Cousineau, encadrante de salariés aux Jardins de Cocagne : « Ce métier me correspond »

À 41 ans, Séverine Cousineau a déjà un riche parcours professionnel. Actuellement encadrante de salariés aux Jardins de Cocagne, situés à Carquefou en Loire-Atlantique, elle a débuté sa formation par un DUT en agronomie à Angers en 1998. « Mes parents étaient agriculteurs et ne souhaitaient pas forcément transmettre la ferme, souligne-t-elle. Je n’avais donc pas d’idée précise sur ce que je voulais faire, mais j’espérais continuer dans l’agriculture. » Séverine, qui aime voyager, effectuera plusieurs séjours à l’étranger. Pendant deux ans, elle prépare ainsi un bachelor sur l’environnement et sur l’agriculture dans une université anglaise. Après un retour en France d’un an, elle obtient un master en développement rural et agriculture durable, option agroécologie, toujours en Angleterre. Ensuite, Séverine Cousineau prend le large. Elle souhaite participer à la solidarité internationale et s’investit donc bénévolement plusieurs mois en Inde, puis elle postule à l’AFVP (Association française des volontaires du progrès) où deux missions à vocation agricole de deux ans, l’une au Sénégal et l’autre au Burkina Faso, lui sont confiées. En 2008, en pleine crise financière, Séverine Cousineau rentre en France. Comme beaucoup d’expatriés, elle met quelques mois à se réadapter à la vie française. « Mes acquis hors de l’Hexagone intéressaient les employeurs. Mais il me manquait une expérience d’encadrement en France. De mon côté, il m’était plus compliqué de retrouver un emploi sans un réseau d’anciens élèves. » L’association Alter’énergies, spécialisée dans la valorisation des agromatériaux, la recrute en 2009. « J’organisais des formations, des rencontres avec des producteurs, mais la pratique du terrain me manquait. » Aussi, durant deux mois et demi, elle se forme en maraîchage biologique à la ferme de Saint-Marthe, située à Millançay (41). En 2010, l’ancienne expatriée retrouve vite un emploi après quelques missions temporaires et un retour au Burkina Faso pour accompagner une ferme. Pendant trois ans et demi, le travail dans une exploitation maraîchère bio de Loire-Atlantique la conforte dans son projet. Mais le besoin de liberté se fait de nouveau sentir : « Parfois, j’étais frustrée de ne pas pouvoir prendre certaines décisions, même si je bénéficiais d’une grande autonomie. » Les Jardins de Cocagne lui donnent l’opportunité d’exercer ce que le bilan de compétences lui avait révélé quelques années auparavant : le métier d’encadrant dans une exploitation lui correspond, à condition d’acquérir quelques pratiques. Des formations spécifiques lui permettent donc d’adapter son rôle d’encadrant. L’organisation du travail, la constitution des groupes, la définition des activités, la transmission des consignes et l’accompagnement des salariés rythment les journées de l’encadrante. L’échange avec d’autres structures d’insertion et la participation à des groupes d’analyse de pratiques viennent enrichir son expérience. Sa connaissance des cultures étrangères ainsi que son vécu hors de son pays natal l’aident à comprendre certains comportements et à y faire face. Séverine Cousineau devrait prochainement intégrer un poste d’encadrant technique en maraîchage auprès de personnes atteintes de troubles psychiques.

Florian Tétu, chef d’équipe chez Biau Jardin : UNE CORDE DE PLUS À SON ARC

Un baccalauréat littéraire peut amener à encadrer des personnes en insertion : c’est le cas de Florian Tétu, chef d’équipe chez Biau Jardin depuis mars 2019. Ce jeune homme, passionné d’histoire, passe d’abord un an à l’université de Lille, puis comprend très vite qu’il est difficile d’en faire un métier. Une autre année au département culture des médias le dissuade de continuer. À 20 ans, il décide de partir six mois au nord de Québec avec un ami afin de travailler dans un écohameau sur l’autonomie énergétique et alimentaire. De retour en France, Florian Tétu reprend ses études et obtient un BTS horticole au CFA de Lomme. L’entreprise Mella Rosa, spécialiste du rosier, l’embauche en tant que salarié apprenti. Ensuite, lorsqu’il poursuit ses études en licence professionnelle ABCD dans la Drôme, il intègre l’EARL La ferme des 4 fruits, située dans l’Isère. Travailler avec des personnes en difficulté est une expérience de plus à son arc.

Biau Jardin : QUAND L’INSERTION EST VIABLE ÉCONOMIQUEMENT

Biau Jardin est une entreprise d’insertion sociale située dans le Puy-de-Dôme. Elle bénéficie donc de 15 % de subventions, contre 70 % pour les chantiers d’insertion comme les Jardins de Cocagne. « Nous avons fonctionné dans le réseau Jardins de Cocagne durant six ans, explique Gilles Lebré, l’un des cofondateurs de l’entreprise encore en activité dans Biau Jardin et ancien agriculteur. En changeant de statut, nous voulions développer un projet économique viable. Mais ce n’est pas toujours facile. Plus une personne est éloignée de l’emploi, plus c’est difficile de la réinsérer dans la vie active. » Après leur passage au Biau Jardin, environ 30 % des salariés optent pour une formation qualifiante, 30 % trouvent un emploi durable et le dernier tiers crée son entreprise ou se trouve en situation d’échec. À Biau Jardin, quatorze personnes en insertion sont accompagnées par douze permanents pour un contrat qui s’échelonne sur deux ans. Outre la confection des paniers (1 100 par semaine), une boutique a été créée à la ferme et commercialise des produits locaux. Biau Jardin est l’un des fondateurs d’une coopérative de distribution de produits vers les boutiques de Clermont-Ferrand. Ainsi, l’entreprise réalise un million d’euros de chiffre d’affaires, dont 700 000 euros uniquement pour les paniers. « Puisque nous sommes sous statut de société coopérative d’intérêt collectif, nous avons toute latitude pour prendre des décisions qu’un investisseur extérieur pourrait refuser, relève le dirigeant âgé de 59 ans. Nous projetons d’améliorer les conditions de travail, d’optimiser la chaîne logistique, l’informatique, de développer notre site Internet, de construire un local de stockage pour le froid ainsi qu’une troisième serre multichapelle. Enfin, nous travaillons à faire évoluer la production de fruits bio dans la région. En créant toutes ces activités, les personnes peuvent travailler à plein temps toute l’année et profiter au maximum de l’accompagnement. »

Insertion des personnes incarcérées : LA FERME DE MOYEMBRIE VICTIME DE SON SUCCÈS

Basée dans l’Aisne, la ferme de Moyembrie accueille quinze prisonniers en fin de peine. Ces derniers participent aux travaux agricoles le matin et sont accompagnés socialement l’après-midi. Ainsi, en six mois minimum, ils se préparent au retour à la société grâce au travail agricole et à la vie en communauté. Depuis trente-cinq ans, Jacques Pluvinage, ancien visiteur de prison, développe cette activité sous forme d’association spécialisée en placement extérieur. Expérience réussie, la ferme de Moyembrie reçoit des subsides de l’administration pénitentiaire, du ministère du Travail et de la production agricole. Toutes les semaines, 120 paniers sont ainsi distribués directement aux consommateurs par le biais d’Amap. Cette structure est unique en son genre, et le ministère de la Justice souhaite multiplier ce modèle. « La ferme permet aux détenus de se poser et d’envisager un projet de vie différent, notamment loin des anciennes fréquentations, souvent nocives », explique Rémi, encadrant technique élevage dans la revue Le Pèlerin.