En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Optimisez votre profil LinkedIn

Optimisez votre profil LinkedIn

Une personne en recherche d’emploi ne peut pas faire l’impasse sur LinkedIn, le réseau social professionnel numéro un. Toutefois, il convient d’en maîtriser les codes pour l’utiliser efficacement.
Voici les conseils d’une spécialiste de l’emploi.

Êtes-vous in ou out ? Ne pas avoir créé de profil LinkedIn peut constituer un lourd handicap sur le marché du travail. Lancé il y a dix-sept ans, le réseau social professionnel américain est devenu incontournable dans une stratégie de recherche active d’emploi, ne serait-ce que par son nombre d’inscrits. La plateforme, rachetée en 2016 par Microsoft, revendique 660 millions de membres dans le monde, dont 19 millions en France en 2019, soit 64 % de la population active !

Pour profiter pleinement des bénéfices du réseautage sur LinkedIn, il faut en connaître les codes, qui ne sont pas ceux d’un média social grand public. Son algorithme prend en compte le profil de l’utilisateur, sa visibilité ainsi que son activité en matière de publications. Selon Isabelle Guyon, conseillère emploi-formation à l’APECITA Île-de-France, il n’est pas nécessaire de souscrire à un abonnement. « Un compte gratuit permet d’accéder aux principales fonctionnalités. »

Soignez votre photo et votre titre professionnel

Son premier conseil : mettre impérativement une photo. « Communique-t-on avec un fantôme ? » s’interroge-t-elle. Oublié le photomaton ou le selfie, votre portrait doit être soigné. La pose peut être décontractée tout en restant professionnelle. LinkedIn vous permet d’intégrer une bannière en arrière-plan afin de faire ressortir votre photo. Choisissez-la de préférence en rapport avec votre métier ou votre secteur d’activité. Vous pouvez la sélectionner sur l’un des nombreux sites de visuels libres de droit. Le titre de votre profil est aussi essentiel, puisqu’il marque votre identité professionnelle. Vous disposez pour cela de 120 caractères. Si vous souhaitez évoluer à l’international, il est plus judicieux de le formuler en anglais. « Il faut réfléchir à l’image que l’on souhaite véhiculer, rappelle Isabelle Guyon. Des intitulés vagues comme consultant, chargé de mission ou chef de projet, ne veulent rien dire. Il faut penser aux bons mots-clés utiles pour le référencement, comme directrice commercial, sales director, food, agroalimentaire, B to C, B to B. » Dénommé « infos », le bloc se situant en dessous de votre titre est également capital pour être référencé efficacement : il s’agit du texte que liront en premier les visiteurs. Il résume votre profil en quelques lignes. « Le candidat doit faire du storytelling et exprimer sa motivation », poursuit la conseillère. Il s’agit d’une accroche qui doit donner envie d’en savoir davantage sur vous. Sur la partie intitulée « expérience », le format est moins contraint. À la différence d’un CV papier, le postulant n’est pas limité à une page. Il peut détailler ses différentes missions en mettant l’accent sur certains éléments factuels (nature du projet réalisé, augmentation du chiffre d’affaires, nombre de personnes encadrées…).

Passé un certain âge, mentionner des expériences mineures telles que les stages présente un intérêt limité. En revanche, il peut être intéressant de renseigner des expériences, même de courte durée, si l’entreprise pour laquelle vous avez travaillé a une certaine notoriété. Les recruteurs effectuant des recherches sur ce critère tomberont ainsi sur votre profil.

LinkedIn vous permet d’intégrer des contenus multimédias (photos, présentations, documents…) pour présenter vos projets et votre expertise. Plus bas, la section « réalisations » vous permet d’insérer des liens. « Toutefois, cela ne sert à rien de mentionner un blog qui ne serait pas actualisé depuis deux ans. »

Faites-vous recommander

Ne nous attardons pas sur la partie « formations », très classique dans sa forme, pour passer aux blocs suivants. Pour Isabelle Guyon, la rubrique « compétences » présente peu d’intérêts, sachant que « n’importe qui peut valider n’importe quoi ». En revanche, les recommandations sont importantes : « Une personne en poste s’engage pour vous et affirme votre compétence. » Après avoir été séduit par votre profil, le recruteur doit pouvoir vous joindre. À défaut de faire figurer un numéro de téléphone, il convient de mentionner une adresse mail dans la partie « coordonnées » afin que les entreprises puissent échanger avec vous sans avoir à passer par votre messagerie privée. Dans la colonne de droite, LinkedIn permet de personnaliser l’URL qui renvoie à votre profil. Ce dernier doit impérativement être public, et donc accessible à tous les membres LinkedIn ainsi qu’aux moteurs de recherche Google ou Bing.

Enfin, Isabelle Guyon conseille de se comparer à des profils équivalents. Ce benchmarking permet de s’inspirer de bonnes pratiques d’abonnés de LinkedIn, et notamment de ceux qui comptent un grand nombre de contacts.

—— Xavier BISEUL (Tribune Verte 2931)

Étude : 64 % DE LA POPULATION ACTIVE SUR LINKEDIN

Selon le site Linkinfluent, LinkedIn enregistrait 19 millions de membres en France en 2019, soit 64 % de la population active. Des membres plutôt assidus, puisque le réseau social reçoit 2,2 millions de visites uniques par jour. Si l’on prend cette fois les chiffres monde, l’utilisateur-type est plutôt un homme (55 %) de 44 ans, habitant hors des États-Unis et passant 17 minutes en moyenne par mois sur le réseau.

Avis d’expert : « NE JAMAIS APPARAÎTRE EN RECHERCHE D’EMPLOI »

Isabelle Guyon, conseillère emploi-formation à l’APECITA Île-de-France

Quel premier conseil donneriez-vous à un débutant sur LinkedIn ?
Après avoir créé leur profil LinkedIn, certains candidats s’étonnent de ne pas être sollicités par des recruteurs. Hormis les métiers sous tension ou des profils particulièrement intéressants, il est rare de se faire chasser spontanément.
Réseauter nécessite de l’investissement. Il faut atteindre un minimum de 150 contacts pour commencer à avoir un fil d’actualité intéressant. Ces contacts doivent être qualitatifs et issus du milieu professionnel dans lequel le candidat évolue ou postule.
De même, quand vous recevez des invitations, il faut se montrer sélectif. Plus votre profil est ciblé et plus l’algorithme de LinkedIn vous suggérera des contacts et des posts intéressants.

Comment faire grandir son réseau ?
Je conseille de joindre des groupes thématiques où l’on échange entre pairs. Chaque demande de mise en contact doit s’accompagner d’une note qui ne peut dépasser les 300 caractères. Dans ce message, comme dans le titre votre profil, il ne faut jamais apparaître en recherche d’emploi. Vous souhaitez, par exemple, échanger pour finaliser un projet professionnel.
À partir du moment où vous avez obtenu les bons réseaux, les bons groupes, le marché caché de l’emploi s’ouvre à vous. Un dirigeant va, par exemple, faire savoir qu’un poste se crée ou se libère avant qu’une offre ne soit publiée.

Quelle stratégie suivre pour le partage de contenus ?
Sur son fil d’actualité, il ne faut pas hésiter à liker, à partager en évitant les contenus qui pourraient être perçus comme clivants. Si publier un article donne de la visibilité au-delà de votre premier cercle, vous pouvez vous contenter de copier-coller le lien d’un article, assorti néanmoins d’un commentaire personnalisé.