En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Oviatis : Une filière stevia bio dans le Sud-Ouest

Oviatis : Une filière stevia bio dans le Sud-Ouest

Le transformateur Oviatis, aux côtés de l’association de producteurs Sweetvia, développe une filière de production de stevia bio dans le Sud-Ouest. La plante semi-pérenne, produisant des molécules au pouvoir sucrant 300 fois supérieur au saccharose, pourrait atteindre 60 ha en 2022, avec une quarantaine de producteurs.

Si la Chine produit près de 80 % de la stevia mondiale, le Sud-Ouest français compte bien se faire une place sur la stevia bio, édulcorant naturel qui a le vent en poupe. Créée en décembre 2013, la société Oviatis, basée dans le Lot-et-Garonne, s’est développée autour d’un approvisionnement en matière première fraîche bio récoltée par les agriculteurs aquitains, pour ensuite assurer l’extraction afin d’obtenir une infusion concentrée bio.

Filière ASI

L’entreprise s’est penchée en particulier sur le développement d’une méthode de purification innovante, naturelle excluant tout solvant chimique, afin d’obtenir un extrait de glycosides de stéviol d’où sont séparées les molécules sucrantes comme la rébaudioside A (au pouvoir sucrant 350 fois supérieur au saccharose) et les stéviosides (pouvoir sucrant de 200), toutes deux naturelles et sans calories.

La filière Aquitaine stevia innovation (ASI) regroupe aujourd’hui les producteurs de l’association Sweetvia et Oviatis. ASI a été labélisée par le pôle Agri Sud-Ouest, et des travaux de R&D se sont succédé, notamment en partenariat avec l’Inrae de Bordeaux, sur la purification et l’extraction de la stevia. En 2018, la production de stevia bio a été lancée en plein champ, sur 4 ha. En 2020, 14 producteurs sont intégrés à la filière, avec 15 ha. « L’objectif est de doubler en 2021, même si nous progresserons en fonction du marché, le tout sur une stratégie de marque, indique Philippe Boutié, gérant d’Oviatis. Nous sommes les seuls à proposer de la stevia bio, avec une démarche allant du producteur au metteur en marché. Notre marque Biovia est proposée aux magasins spécialisés, notre marque Orévia se destine à la GMS. Nous avons des perspectives de développement autour de boissons à base de stevia bio. D’ici deux ans, nous espérons atteindre 40 producteurs, pour près de 60 ha, avec 100 t de feuilles sèches transformées ! »

Originaire du Paraguay, la stevia s’acclimate relativement bien dans les conditions du Sud-Ouest. Depuis huit ans, Oviatis travaille à consolider un itinéraire technique, et creuse la diversité de choix variétal et la qualité gustative. La première année de plantation, une coupe est réalisée entre mi-septembre et fin septembre ; les années suivantes, deux coupes par an peuvent être réalisées : en juillet et en septembre.

Implantée pour cinq ans

Sur un hectare, l’enjeu est de sortir 2 t de feuilles sèches en 2e année, et jusqu’à 2,4 t/ha en 5e année, d’après Oviatis.

Si la plante montre de nombreux atouts et un intérêt économique certain en vitesse de croisière, son point faible reste la maîtrise du désherbage. En plus des passages d’outils mécaniques, du désherbage manuel doit être réalisé entre les pieds.

Une fois récoltée, la stevia est ensuite commercialisée en plante sèche entière ou coupée et ensachée. Elle peut aussi être  transformée en cristaux qui lui donnent la même apparence que du sucre en poudre, de plus en plus recherchés par l’industrie agroalimentaire. De quoi donner de grandes ambitions à la stevia bio française.

—— Olivier LÉVÊQUE (Tribune Verte 2966)