En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Qualité de vie au travail : De l'intérêt de participer au classement des entreprises

Qualité de vie au travail : De l'intérêt de participer au classement des entreprises

Trois sociétés figurant au palmarès Great Place to Work® témoignent et exposent les bienfaits de ce classement pour le management de leurs salariés, pour la vie de leur entreprise et pour leur notoriété.

En cette période tendue pour l’emploi, certaines entreprises ont pris le parti de mettre en avant la qualité de vie au travail. L’un des meilleurs moyens pour la faire connaître, tout en améliorant encore ses objectifs, est de participer à des classements d’entreprises comme le Great Place to Work®.

Neuf leviers pour s’exprimer

Né aux États-Unis en 1981 et transposé en France en 2002, ce palmarès a l’originalité de prendre en compte le point de vue de tous les salariés sous la forme d’un questionnaire (composé de 59 interrogations) appelé « Trust index® ». L’entreprise le complète par un Culture audit® qui détaille l’ensemble des pratiques managériales en lien avec neuf leviers d’action¹. Ce dossier est évalué par une équipe prenant en compte la variété, l’originalité, l’inclusivité, la générosité et l’intégration des pratiques. La participation est payante, et seuls les mieux notés sont labellisés ! L’éditeur de logiciels Isagri y participe pour la quatrième année consécutive dans la tranche des 500 à 5 000 salariés (il existe quatre catégories différentes). En 2019, il figurait à la seizième place sur les 25 entreprises labellisées de sa catégorie (70 ont déposé un dossier). Sa stratégie porte donc ses fruits ! En effet, aujourd’hui, le turnover au sein de l’entreprise est faible, de l’ordre de 8 % (contre 15 % en moyenne dans la branche informatique). Apprécié du milieu agricole, Isagri est à présent mieux connu du monde du travail. « Nous recherchions des développeurs informatiques qui ne connaissaient pas forcément notre entreprise. De nombreux candidats viennent ainsi nous poser des questions », précise Gersende Boulnois, directrice des ressources humaines. La participation à ce classement permet d’échanger avec les autres participants. « Nous discutons sur les bons procédés, affirme-t-elle. Par exemple, nous expliquons à d’autres comment bien intégrer les collaborateurs, puisque nous sommes très bien classés sur ce critère. » Ainsi, chez Isagri, dès le premier jour, l’arrivant participe à un parcours d’intégration qui comprend une présentation commune aux nouveaux collaborateurs (présentation de l’entreprise, visite des services…) et des rendez-vous individuels plus spécifiques liés au métier qu’il va exercer chez Isagri. « Un mois après son intégration, le nouvel employé est invité à un déjeuner avec les ressources humaines pour faire le point sur son intégration, mais aussi sur les difficultés qu’il peut rencontrer sur le plan personnel », souligne Gersende Boulnois.

Création d’un pôle santé

Meilleure lisibilité, attirance de candidats à l’embauche, les entreprises qui participent à ce classement arrivent souvent à la même conclusion qu’Isagri. C’est le cas de Valrhona et des Grandes Sources de Wattwiller. Valrhona, chocolaterie destinée aux pâtissiers et aux artisans, participe au classement depuis dix ans. Dans sa catégorie, elle figure au treizième rang sur les 25 entreprises labellisées. « C’est important d’avoir le ressenti de l’ensemble de nos collaborateurs, note Barbara Jacob, directrice des ressources humaines de Valrhona, qui compte 800 salariés. À l’occasion du classement, nous listons toutes les actions susceptibles de nous faire progresser en matière de qualité de vie. C’est ainsi que nous avons créé un pôle santé, pour aider nos collaborateurs à mieux appréhender les relations non seulement au travail mais aussi en dehors. Ce pôle est composé de deux infirmiers de l’entreprise qui peuvent s’appuyer sur une assistante sociale et sur une psychologue. » Les pratiques managériales ont aussi évolué pour les aider à développer des qualités de coach dans le cadre d’un mode de fonctionnement plus collaboratif : « Le fait de demander aujourd’hui aux salariés de participer aux discussions sur les activités qui les concernent exige une forme de management différente de celle qui est pratiquée dans une hiérarchie pyramidale », relève Barbara Jacob. Quant aux candidats qui postulent chez Valrhona, ils ont quasiment tous regarder le classement Great Place to Work®. « Figurer à ce palmarès permet aux candidats de mesurer le niveau de qualité qu’ils pourront trouver dans notre entreprise, note Barbara Jacob. Ils s’intéressent à notre politique RSE et font le lien avec la qualité de vie au travail. » Chez Grandes Sources de Wattwiller, la participation au classement s’effectue tous les deux ans depuis 2016, pour laisser le temps aux collaborateurs de mener des actions d’amélioration. Filiale du groupe belge Spadel et spécialisée dans la production d’eaux minérales ainsi que de boissons rafraîchissantes, Wattwiller est aussi très impliquée dans la RSE. « Cette démarche nous permet de placer les salariés au coeur de notre stratégie, revendique Rachel Donnadieu, responsable des ressources humaines pour les filiales Carola et Wattwiller. En plus de mesurer le taux de satisfaction de nos salariés, ce classement a été un excellent outil de transition pour rapprocher nos deux filiales. » La refonte des bureaux a été l’occasion de faire plancher une équipe d’une dizaine de salariés, ambassadeurs de chaque service. « De façon étonnante, l’équipe a pris des décisions communes pour l’aménagement de nouveaux espaces de travail et de convivialité, relate Rachel Donnadieu. Le seul cadre que nous avions donné était d’imaginer des bureaux ouverts et conviviaux, avec un budget défini. »

—— Marie-Dominique GUIHARD (Tribune Verte 2933)
(1) Ces leviers sont les suivants : porter attention, faire évoluer, remercier, écouter, communiquer, inspirer, partager, célébrer, recruter, accueillir.

Autres classements : TOP EMPLOYERS ET HAPPY AT WORK®

Les classements de qualité de vie au travail sont peu nombreux. Hormis Great Place to Work®, nous en avons relevé deux. Top Employers est un organisme de certification international spécialiste de la qualité des conditions de travail. À l’origine, il accompagnait les entreprises à communiquer autour de leurs bonnes pratiques en ressources humaines pour, notamment, les mettre en avant dans les annonces d’offres d’emploi du Figaro. La certification ne débouche pas sur un classement. L’entreprise est évaluée selon une enquête concernant les pratiques en ressources humaines. Top Employers Institute, dont la méthode est validée par un organisme indépendant, détermine les entreprises qui peuvent ou non prétendre à la certification. Une quarantaine d’entreprises sont certifiées en France. Conçu par le site meilleures-entreprises.com en partenariat avec Les Échos, le label Happy at Work® met en avant des entreprises qui ont été plébiscitées par des salariés, des candidats, des stagiaires, des clients et des fournisseurs. Ensuite, ChooseMy Compagny analyse et publie leurs avis. Depuis 2011, plus de 500 entreprises ont été labellisées. Un faible nombre d’entreprises agricoles ou agroalimentaires figurent dans ces deux classements. Nous pouvons citer Naïo Technologies qui est présent dans le classement Happy at Work®, et Heineken, figurant dans le Top Employers

Témoignage : FLORENCE DELARGILLIÈRE CHEZ ISAGRI

Chargée de communication depuis un an et demi au sein d’Isagri après avoir travaillé au service des ressources humaines, Florence Delargillière participe au questionnaire Great Place to Work® depuis quatre ans : « Les relations entre les personnes sont simples. Nous savons que nous pouvons aborder sans crainte tous les salariés, même notre directeur général. Nos managers sont à l’écoute. Et nos propositions peuvent être retenues : action pour le Téléthon, collecte de déchets autour de notre siège social, mise en place d’un potager, services proposés aux salariés… La qualité de la relation fait qu’il existe une certaine transparence nous permettant d’évoquer toutes les problématiques. Par exemple, chaque année, les projets sont déclinés par service et par collaborateur, et nous sommes fiers d’y collaborer ! »