En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

Recrutement innovant : Davantage d'échanges directs et authentiques

Recrutement innovant : Davantage d'échanges directs et authentiques

En parallèle des embauches classiques, des entreprises comme Groupama sortent des sentiers battus pour proposer aux candidats des formes de recrutement plus conviviales et moins hiérarchisantes.

Le marché de l’emploi est tendu dans certains secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Alors quand des entreprises ont des centaines d‘emplois à pourvoir chaque année, elles imaginent diverses stratégies pour attirer les meilleurs collaborateurs. Et elles ne se contentent plus uniquement de recruter sur CV. C’est le cas de Groupama. La caisse régionale du Val de Loire, qui recrute 150 CDI par an, a déjà organisé plusieurs escape job afin d’embaucher des conseillers spécialisés ou non. Cette année, ils ont eu lieu à Tours, à Orléans, à Auxerre et à Paris. Groupama communique sur les réseaux sociaux, dans ses agences et par la voie classique pour solliciter les jeunes ayant un BTS ou un niveau ingénieur. L’événement, d’une durée d’une heure, offre aux candidats une session de jeu en équipe afin de révéler leur
personnalité et leurs aptitudes.

Mieux cerner les candidats

« En proposant ce type de recrutement, signale Quentin Pitz, chargé de recrutement chez Groupama Val-de-Loire, nous voulons casser l’image un peu austère que peuvent avoir les assureurs. Nous affichons d’ailleurs clairement qui nous sommes. C’est aussi une façon de recruter du personnel qui n’aurait pas répondu à nos annonces. Et nous découvrons les candidats plus rapidement que par une simple inspection de leur CV. Nous observons comment ils s’intéressent aux autres, s’ils sont force de propositions et s’ils peuvent prendre le leadership. » Le premier escape job effectué à Amiens a permis d’embaucher deux personnes sur les huit qui ont participé au jeu. « À chaque fois, nous recrutons une ou deux personnes. Cela montre le succès d’une telle opération », affirme Quentin Pitz. Depuis trois ans, Groupama Nord-Est propose aussi un nouveau mode de recrutement, les afterworks recrutement. « C’est une démarche complémentaire aux escape job pour embaucher des conseillers commerciaux. Nous invitons des candidats présélectionnés à une rencontre avec les commerciaux et avec les managers commerciaux de notre entreprise, durant une soirée de 18 à 20 heures. L’ambiance se veut conviviale, un buffet est partagé avec les candidats », souligne Franck Boceno, chargé de développement en ressources humaines. La première sélection s’effectue par CV ou par l’intermédiaire du site www.nosvraiesrencontres.groupama-gan-recrute.com.

Des profils plus atypiques

Les candidats sont généralement diplômés d’un bac + 2 ou d’un bac + 3 et possèdent au minimum une première expérience commerciale. Une petite vingtaine de personnes sont ainsi invitées. Après une présentation de l’entreprise faite par le responsable des ressources humaines ainsi que par les commerciaux (qui ont ainsi l’occasion de parler en pratique de leur métier, de leur quotidien et de leur parcours), les échanges s’effectuent naturellement entre candidats et recruteurs de Groupama. Six ou sept sont retenus après l’afterwork pour un entretien. S’ensuit l’embauche d’une ou deux personnes. « Ce mode de recrutement incite les candidats à être plus directs, plus naturels, relève Franck Boceno. Il met en avant la personnalité. L’approche est plus aisée. Les candidats discutent librement et sont curieux. Cela nous permet de détecter plus facilement qu’au cours d’un entretien des traits de caractère comme leur vivacité d’esprit ou leurs aptitudes relationnelles. Avec l’afterwork, nous embauchons également des profils plus atypiques. Je pense, par exemple, à une ancienne handballeuse en cours de reconversion. Son esprit de compétition, sa capacité relationnelle et son tempérament n’auraient sans doute pas été remarqués aussi bien lors d’un entretien. » D’autres retombées bénéficient aussi à Groupama. Les collaborateurs qui assistent à l’événement sur la base du volontariat participent à leur manière au recrutement en émettant leur opinion. Cette expérience est vécue comme une vraie marque de confiance et de valorisation.

—— Marie-Dominique GUIHARD (Tribune Verte 2921)

Focus sur d’autres filières : L’OPCA FAHFIH A CRÉÉ LE DECIDAY

Comme beaucoup de secteurs, l’hôtellerie et la restauration rencontrent des difficultés de recrutement. L’OPCA Fahfih (organisme paritaire collecteur agréé de l’hôtellerie, de la restauration, des loisirs et des activités du tourisme) a donc mis au point le Deciday, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’objectif est d’inciter les jeunes à se former dans le secteur qui concerne l’Fafih. Cette démarche se divise en quatre parties. Première étape, l’immersion des enseignants chez les professionnels a rencontré un certain succès. Présentation de différentes activités, multiplication des échanges et participation à un atelier pratique sont au menu. Le jour du Deciday proprement dit, des trinômes composés d’un professionnel, d’un jeune en formation et d’un enseignant se déplacent dans des classes de troisième et de seconde pour rencontrer les élèves, pour échanger et pour leur donner envie d’étudier dans les secteurs propres à l’Fahfih. Troisième étape, les jeunes et leurs parents peuvent visiter des établissements inscrits sur le site de Deciday. Enfin, entre février et avril, les portes ouvertes des CFA et des lycées professionnels proposent une palette de métiers et de formations à découvrir. Toutes ces informations sont à retrouver sur le site Deciday.

Crédit mutuel : 40 % D’ALTERNANTS SUPPLÉMENTAIRES

Ce n’est pas nouveau de recruter par alternance. Cependant, contrairement à des pays comme l’Allemagne, la France s’était peu investie jusqu’à présent. Le plan de relance de l’alternance, lancé en 2014 par le Gouvernement, change la donne et permet aujourd’hui aux entreprises d’embaucher davantage par ce biais. Le Crédit mutuel Alliance fédérale s’inscrit pleinement dans ces objectifs. La banque assurance annonce ainsi l’embauche de 1 300 alternants pour la rentrée 2019-2020, soit une augmentation de 40 % sur 2018-2019. « L’alternance devrait nous permettre d’embaucher plus facilement des chargés d’affaires, explique Isabelle Fabre, responsable des ressources humaines à la direction régionale de Bourgogne-Champagne pour cette année. Pour notre direction régionale, nous avons recruté 23 apprenants cette année, contre 13 l’an passé. Cette année, le Crédit mutuel s’engage à transformer cet apprentissage en CDI pour 80 % d’entre eux, et à privilégier des jeunes issus des quartiers prioritaires de la ville et du monde rural. » Le Crédit mutuel embauche principalement des étudiants en licence banque assurance, et, dans une moindre mesure, des jeunes issus de l’agriculture. C’est le cas pour trois des apprenants en Bourgogne-Champagne. Leur recrutement s’effectue par le biais de forums pour l’emploi, de Job dating et de démarches auprès des écoles, comme l’Ihedrea. Les alternants sont accompagnés par un tuteur ainsi que par le service des ressources humaines. L’an passé, Thomas Pardoens, qui était l’un des deux apprenants de formation agricole, a été embauché en CDI.