En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez que les cookies soient utilisés afin de vous proposer des contenus pertinents et une meilleure expérience. En savoir plus

- Vigne et vin

Tractoriste viticole H/F

Tractoriste viticole H/F

On compte sur le tractoriste viticole pour...

  • Conduire des engins viticoles (tracteur, enjambeurn chenillard, machine à vendanger)
  • Assurer les travaux d'entretien des sols (labour, désherbage) et de la vigne (rognage, effeuillage...)
  • Appliquer les produits de traitement de la vigne
  • Régler et entretenir le matériel
  • Assurer la maintenance de premier niveau des tracteurs et des outils mécanisés
  • Apporter un appui pour les travaux et des outils mécanisés
  • Apporter un appui pour les travaux manuels (taille, palissage, relevage)

Le profil du tractoriste viticole

  • Connaissances en viticulture et notamment en taille
  • Compétences en mécanique et en hydraulique
  • Maîtrise de la conduite d'engins et de l'attelage d'outils
  • Goût pour le travail en extérieur et en équipe
  • Observateur-rice
  • Polyvalent-e
  • Rigoureux-euse
  • Autonome
  • Sens de l'organsiation

Les formations possibles

  • CAP agricole métiers de l'agriculture - viticulture
  • BPA travaux de la vigne et du vin, spécialité travaux de la vigne
  • Bac pro conduite et gestion de l'entreprise vitivinicole
  • Caces et Certiphyto fortement recommandés

Où exercer ?

Dans un domaine viticole, dans une Cuma, dans une station d'expérimentation...

Les perspectives d'évolution

Evoluer vers un poste de chef-fe d'équipe ou de che-fe de culture

Quelles rémunération ?

Jusqu'à 25 K€ selon l'expérience

Pour en savoir plus sur le métier de Tractoriste viticole, consultez la fiche métier sur Agrorientation : http://www.agrorientation.com/fiches-metiers/agent-tractoriste-en-viticulture-hf-237.html

Témoignages

Assurer la production de plants pour les domaines

Éric Métivier travaille chez un pépiniériste viticole près d’Orange, dans le Vaucluse. La société est spécialisée dans le greffage et dans la multiplication de plants de vigne. Actuellement, ces derniers, greffés, sont arrachés pour être livrés chez des clients, comme des domaines viticoles, afin d’être plantés aux mois de mars et d’avril. Dans cette entreprise, le tractoriste intervient à tous les stades de croissance des plants : il prépare les sols pour l’implantation, réalise l’entretien des parcelles, le transport des plants, les réglages ainsi que l’entretien des différentes machines. En somme, ses activités sont principalement liées à l’entretien de la vigne et à la réalisation de travaux mécanisés. En priorité, la société attend du tractoriste de la ponctualité et le strict respect de la sécurité. « Un tracteur est un outil, une boîte de vitesses montée sur quatre roues que rien n’arrête ! » rappelle Éric Métivier. Le salarié doit également être consciencieux et organisé. Dans le cas de l’arrachage des plants de vigne, « le tractoriste conduit sur une parcelle de terre où sont plantés les jeunes plants greffés, tous cépages confondus, avec d’autres employés qui arrachent les plants à l’aide d’un autre tracteur. Il est donc essentiel que le chauffeur fasse très attention aux collaborateurs au sol ainsi qu’aux autres machines en action », explique l’employeur. La méticulosité fait également partie des autres compétences attendues. Le tractoriste doit prendre soin de ses outils, que ce soit des tracteurs ou des autres matériels, puisqu’il en est le responsable et qu’il en assure l’entretien.

Éric Métivier, tractoriste viticole : « Aimer le travail en extérieur »

Depuis huit ans, Éric Métivier est tractoriste viticole et a travaillé dans plusieurs domaines et entreprises viticoles du Sud-Est de la  France. « Mes études se résument à un CAP de dessinateur en construction métallique ainsi qu’à un bac F4 (génie civil), explique Éric Métivier. Ensuite, j’ai travaillé pendant vingt-cinq ans dans le secteur de la restauration, dont quinze années en qualité d’artisan à mon compte où j’ai géré deux établissements. Depuis 2012, j’ai suivi quelques formations au métier de vigneron jusqu’à passer un BTS viticulture - oenologie en alternance. » Sa passion pour cette profession, et plus globalement pour la filière viticole, est née lorsqu’il gérait son premier restaurant, en Bourgogne. « J’avais fait les saisons de vendanges au sein d’un domaine du Chablis. Je connaissais bien le vigneron, je prenais mon vin à sa cave. Des dégustations dans son chai ont fait naître ma passion. Ensuite, de fil en aiguille, je suis devenu tractoriste. » De manière générale, l’agent tractoriste intervient à tous les stades du cycle de la vigne et du sol. « Ce métier demande de la réflexion et exige une prise de responsabilités, indique-t-il. La personne doit connaître tous les travaux liés à l’évolution de la plante et avoir de bonnes bases en mécanique. De plus, il faut apprécier le travail en extérieur et le fait de s’impliquer physiquement. » Pour Éric Métivier, le tractoriste doit aussi être à la fois autonome et capable d’intégrer les consignes du chef de culture ou de l’employeur. L’année d’un tractoriste dans un domaine viticole s’organise au rythme de la vigne : « En hiver, on la taille selon une méthode bien définie. Ensuite, du printemps jusqu’aux vendanges, nous réalisons tous les travaux mécanisés et autres, comme l’entretien du sol, le désherbage et le rognage, détaille Éric Métivier. Une fois l’obtention de son Certiphyto, le tractoriste est aussi responsable de l’application des produits phytosanitaires. Personnellement, j’accepte de travailler uniquement dans des domaines qui pratiquent la culture bio ». À la fin de l’été, le tractoriste participe également aux vendanges en conduisant un tracteur attelé d’une benne où se trouvent les raisins ou une machine à vendanger. Il peut également participer aux travaux de cave. Éric Métivier se plie volontiers aux avantages et aux inconvénients liés à l’utilisation du matériel : « Je m’applique chaque jour à donner le meilleur de moi-même, en gardant à l’esprit humilité et respect face à ces merveilleux terroirs. Et puis, quel enfant n’a jamais rêvé un jour de conduire un tracteur ? » conclut Éric Métivier.