- AquacultureAménagement du territoireEnvironnementÉquineForêtGrandes culturesHorticultureAgroalimentaireProductions animalesPaysageVigne et vinAgrofournitureAgroéquipementBio

Enseignement agricole : CIS - Un accompagnement pour lutter contre le décrochage scolaire

Enseignement agricole : CIS - Un accompagnement pour lutter contre le décrochage scolaire

Article 1, association qui accompagne les jeunes avec un système de mentorat, agit depuis 2018 dans l’enseignement agricole à l’aide du premier Contrat à impact social (CIS) dans l’éducation. Après cinq années d’initiatives réussies auprès de lycéens et d’étudiants, le ministère de l’Agriculture, partenaire du projet, renouvelle son engagement pour trois ans.

En 2018, l’association Article 1 démarrait le tout premier Contrat à impact social (CIS) dans l’éducation. Destiné à plus de 1 000 jeunes de l’enseignement professionnel agricole en région Occitanie et dans les Hauts-de-France, le CIS a déployé un parcours d’accompagnement pré et postbac. Cinq ans après son lancement, le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, partenaire du projet, renouvelle pour trois ans son engagement auprès d’Article 1.

Pousser les jeunes à croire en leurs capacités

Née de la fusion de deux initiatives contre les inégalités sociales chez les jeunes issus de milieux populaires, l’association Article 1 accompagne chaque année plus de 221 000 jeunes grâce un système de mentorat solidaire. De septembre 2018 à juin 2023, le CIS agricole a accompagné des élèves boursiers des BTS de l’enseignement agricole (BTSA) et les élèves de l’enseignement professionnel agricole de première et de terminale.
L’objectif de l’association est double : lutter contre le décrochage scolaire et promouvoir la poursuite d’études dans la filière agricole. « Les contrats à impact social sont une opportunité pour Article 1 d’expérimenter des dispositifs innovants auprès de publics spécifiques », explique Benjamin Blavier, président exécutif de l’association. Le CIS s’est concrétisé dans l’enseignement agricole à travers deux programmes distincts.
D’abord, le programme « pré-Bac ». Il est réalisé sous forme d’ateliers en présentiel sur les codes professionnels, la connaissance de soi et la projection dans la vie après le Bac. En cinq ans, 218 ateliers ont été réalisés dans onze lycées professionnels agricoles partenaires avec la participation de plus de 700 lycéens. Le programme postbac, quant à lui, luttait contre le décrochage des étudiants boursiers en première et deuxième année de BTSA à l’aide d’un système de mentorat et d’événements collectifs. Depuis 2018, le mentorat a accompagné 89 étudiants de BTSA.
« Les lycéens qui ont bénéficié de ce dispositif se sentent plus impliqués dans leur orientation scolaire et se renseignent plus largement sur la poursuite d’études, indique Benjamin Varron, chef de projet CIS. Nous avons pu mettre l’accent sur le développement personnel des jeunes ainsi que sur leur confiance en eux. » En effet, l’autre mission du CIS était de pousser les jeunes à croire davantage en EFSTOCK/ADOBE STOCK leurs capacités pour les amener à poursuivre leurs études. En plus des ateliers et mentorats, les lycéens et étudiants avaient aussi accès à la plateforme d’aide à l’orientation inspire-orientation.org. Ils ont aussi participé à des visites de sites afin de découvrir le monde de l’entreprise.

« Le deuxième CIS s’annonce aussi prometteur »

Après cinq années d’expérimentation, les membres de l’association se disent « fiers des résultats de notre premier CIS à destination des élèves de l’enseignement professionnel agricole et extrêmement heureux que le ministère de l’Agriculture nous donne les moyens de prolonger ce programme », indique Benjamin Blavier. En effet, le ministère de l’Agriculture a choisi de poursuivre le partenariat avec Article 1 pour accompagner non seulement les lycéens et les étudiants de la filière agricole, mais aussi leurs enseignants. « Notre deuxième CIS s’annonce tout aussi prometteur et challengeant, puisqu’il vise des territoires où les besoins en matière d’égalité des chances sont immenses, mais où les associations, en l’absence de moyens spécifiques, peinent à intervenir », complète le président de l’association.

Amélie Di Bella, Tribune Verte n° 3033